Plainte pour proxénétisme contre un site de rencontre en ligne

le
0
Plainte pour proxénétisme contre un site de rencontre en ligne
Plainte pour proxénétisme contre un site de rencontre en ligne

Une association a déposé vendredi plainte pour "proxénétisme aggravé" contre sugardaddy.fr, un site qui met en relation des hommes "à l'aise dans la vie" et des "jeunes femmes attirantes et ambitieuses", a indiqué à l'AFP son avocat, confirmant une information du Parisien.Créé en 2010, ce site qui revendique 150.000 inscrits cible avec précision ses clients, qui peuvent s'abonner pour 29,90 euros par mois."Vous êtes un homme à l'aise dans la vie? Vous êtes quelqu'un d'occupé et aimez les jeunes femmes attirantes et ambitieuses?", peut-on lire sur le site. "Vous êtes une jeune femme qui veut se faire dorloter? Vous cherchez un partenaire mûr et élégant qui vous gâte?"Aucune ambiguïté, selon Vincent Veyrat-Masson, cofondateur et gérant de Phoenix Corp, groupe chapeautant une trentaine de sites de rencontre spécialisés, dont sugardaddy.fr."Notre ligne éditoriale se borne naïvement à prendre le contrepied d?un de nos autres sites +Cougar Rencontre+ -qui cible des rencontres avec des femmes mûres- en proposant cette fois de trouver des hommes mûrs", a déclaré à l'AFP M. Veyrat-Masson.Une présentation mensongère, selon l'association Equipe d'action contre le proxénétisme (EACP), qui a déposé plainte à Paris vendredi après-midi."Sous couvert de site de rencontre, le site sugardaddy.fr semble correspondre à un service de proxénétisme en ligne", accuse l'association dans sa plainte, que l'AFP a pu consulter.Son avocat, Me Henri de Beauregard, en veut pour preuve le profil et les photos suggestives affichées par certaines jeunes femmes inscrites, dont certaines n'hésitent pas à se présenter comme "escort".Un des fondements du proxénétisme, relève-t-il, est la mise en relation entre une personne se livrant à la prostitution et une autre la rémunérant."Il ne fait pas de doute que ce site permet de faire de l'argent sur la misère financière ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant