Plainte de Takieddine contre Balladur sur Karachi

le
1
ZIAD TAKIEDDINE PORTE PLAINTE CONTRE ÉDOUARD BALLADUR DANS L'AFFAIRE KARACHI
ZIAD TAKIEDDINE PORTE PLAINTE CONTRE ÉDOUARD BALLADUR DANS L'AFFAIRE KARACHI

PARIS (Reuters) - L'homme d'affaires Ziad Takieddine, intermédiaire dans des contrats d'armement et poursuivi dans l'enquête sur une présumée corruption lors de la campagne présidentielle de 1995, a porté plainte contre l'ex-Premier ministre Edouard Balladur, annonce son avocat lundi.

Il ne s'agit pas de mettre en cause ce dernier mais au contraire de réorienter la procédure qui serait injustement fondée sur l'hypothèse d'un financement illégal de la campagne Balladur de 1995, ceci afin de mettre fin à la "rumeur", explique dans un communiqué Me Francis Vuillemin.

C'est une nouvelle péripétie d'une affaire développée déjà dans de multiples procédures et qui examine le scénario d'une possible corruption massive en France, au Pakistan et en Arabie saoudite, sur fond de contrats d'armement, de luttes entre clans de la droite française en 1995 et avec un lien hypothétique vers un attentat ayant tué 11 Français à Karachi en 2002.

Ziad Takieddine, intermédiaire franco-libanais, est mis en examen car il est soupçonné d'avoir organisé le retour en France d'une partie des commissions légales convenues en marge de la vente de sous-marins au Pakistan (84 millions d'euros) et de frégates à l'Arabie saoudite (200 millions d'euros) dans les années 1990.

L'argent pourrait avoir alimenté en espèces les caisses de la campagne d'Edouard Balladur, finalement éliminé au premier tour par Jacques Chirac et le socialiste Lionel Jospin en 1995.

INSTRUCTION "DÉTOURNÉE"

Me Francis Vuillemin a déposé sa plainte à la Cour de justice de la République (CJR), seule habilitée à traiter des délits imputés à des ministres.

"A l'inverse des magistrats qui se sont emparés de cette question, seule la CJR est compétente, selon la Constitution, pour traiter une fois pour toutes cette rumeur vieille de 1996 et mettre ainsi un terme aux errements de l'instruction dont les familles de victimes de l'attentat (...) ne cessent de pâtir", écrit-il.

Selon lui, l'instruction du juge Renaud Van Ruymbeke a été "détournée" pour mettre en cause Edouard Balladur et son ancien porte-parole de campagne Nicolas Sarkozy, alors que "le sort réservé aux commissions postérieurement à l'élection de Jacques Chirac a été ignoré".

En fait, le juge Van Ruymbeke a déjà reçu l'autorisation d'enquêter sur l'hypothèse d'une dérivation de l'argent "noir" des commissions après 1995 vers des réseaux présentés comme proches du camp Chirac.

D'autres aspects sont explorés, notamment avec l'information judiciaire pour fraude fiscale ouverte le 20 juillet contre Ziad Takieddine, qui n'aurait payé aucun impôt depuis 2002 malgré une fortune très importante, aujourd'hui saisie.

Ziad Takieddine est un proche du secrétaire général de l'UMP, Jean-François Copé, ministre du Budget de 2004 à 2007, qui a admis en septembre dernier s'être fait payer des vacances par l'homme d'affaires au début des années 2000, tout en contestant toute implication dans les malversations qui lui sont prêtées.

Thierry Lévêque, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • SeanO le lundi 3 sept 2012 à 17:38

    "Je vous demande de vous arrêter!"