Plainte contre la Thaïlande pour non-respect du droit du travail

le
0

BANGKOK, 7 octobre (Reuters) - La junte militaire au pouvoir en Thaïlande s'est défendue mercredi des attaques lancées par la confédération syndicale international IndustriALL qui a porté plainte contre Bangkok devant l'Organisation internationale du travail (OIT). IndustriALL, qui représente 50 millions de travailleurs des secteurs miniers, de l'énergie et de la manufacture dans 140 pays, détaille dans sa plainte 18 cas d'atteinte aux droits des travailleurs. Elle accuse plus globalement le gouvernement thaïlandais de ne pas protéger les droits de la main d'oeuvre locale (39 millions de travailleurs). "La Thaïlande est une plaque tournante de la chaîne logistique mondiale pour de nombreuses compagnies multinationales. Le gouvernement doit en faire plus pour protéger ses travailleurs, qui sont la colonne vertébrale de l'économie", a déclaré le secrétaire général d'IndustriALL, Jyrki Raina, dans un communiqué. "De même, les compagnies multinationales ne doivent pas tolérer des atteintes au droit du travail chez leurs fournisseurs et leurs filiales de Thaïlande." A Bangkok, le gouvernement militaire a affirmé mercredi que cette plainte était infondée. "Le gouvernement thaïlandais a toujours accordé de l'importance à la main d'oeuvre du pays. Nous avons organisé la main d'oeuvre étrangère et locale de sorte d'assurer l'égalité des droits et l'absence d'atteintes", a dit à Reuters Sansern Kaewkamnerd, porte-parole des services du Premier ministre. Il a notamment démenti les accusations liées au secteur de la pêche où, selon le département américain d'Etat, des Thaïlandais et des migrants sont soumis à du travail forcé. Dans son dernier rapport TIP sur les Trafics humains, le département d'Etat fait mention de pêcheurs contraints de rester plusieurs années en mer avec des salaires minimes. (Amy Sawitta Lefevre et Panarat Thepgumpanat; Henri-Pierre André pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant