Plainte contre Damas pour la mort d'une journaliste américaine

le
0
    BEYROUTH, 10 juillet (Reuters) - La famille de Marie Colvin, 
journaliste américaine tuée en 2012 en Syrie, a porté plainte à 
Washington contre le gouvernement de Bachar al Assad qu'elle 
accuse d'assassinat, rapporte le New York Times.  
    Marie Colvin, qui travaillait pour le Sunday Times 
britannique, a trouvé la mort le 22 février 2012 à Homs dans un 
bombardement qui a également coûté la vie au photographe 
français Rémi Ochlik. La journaliste française Edith Bouvier, le 
défenseur des médias syrien Wael al-Omar et le photographe 
britannique Paul Conroy avaient également été blessés. 
    Selon les plaignants, les forces syriennes ont délibérément 
tiré à la roquette sur le studio de fortune où travaillaient les 
journalistes pour réduire la presse locale et internationale au 
silence dans le cadre des efforts déployés par Damas "pour 
écraser l'opposition politique".  
    La famille de Marie Colvin a reçu l'appui de Reporters sans 
frontières (RSF). "Cette procédure légale démontre que des 
actions sont possibles pour mettre fin à l'impunité des 
responsables de crimes contre les journalistes", déclare 
Christophe Deloire, secrétaire général de l'organisation, dans 
un communiqué. 
    "RSF espère que ces efforts aideront à faire éclater la 
vérité, à savoir que ces journalistes ont été délibérément 
ciblés et tués parce qu'ils diffusaient des informations sur les 
crimes de l'armée syrienne contre les populations civiles", 
ajoute-t-il.  
    RSF est par ailleurs partie civile depuis 2013 dans 
l'information judiciaire ouverte en France pour homicide 
involontaire et tentative d'homicide concernant Rémi Ochlik et 
Edith Bouvier.  
 
 (Lisa Barrington, Jean-Philippe Lefief pour le service 
français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant