Plage : faut-il vraiment attendre deux heures après un repas avant de se baigner ?

le , mis à jour à 12:30
2
Plage : faut-il vraiment attendre deux heures après un repas avant de se baigner ?
Plage : faut-il vraiment attendre deux heures après un repas avant de se baigner ?

En cette période de forte chaleur, on rêve de faire la planche dans la mer ou une base de loisirs. Attention toutefois aux assauts du soleil. Mais entre les conseils de ses parents, ceux de la voisine et ceux que l'on peut lire sur Internet, on ne sait plus trop à quel saint se vouer. Le docteur Jean-Louis Chabernaud, pédiatre urgentiste à l'hôpital Antoine-Beclère de Clamart, démêle le vrai du faux.

 

Il faut attendre deux heures après un repas avant de se baigner

ARCHIFAUX. « Aucune publication scientifique n'a jamais prouvé la nécessité de ce folklore », affirme le docteur Jean-Louis Chabernaud. Certes, dans la phase qui suit un repas, le flux sanguin est augmenté dans l'appareil digestif mais cela ne pose pas de problème particulier. « Cette prescription parentale est sûrement même néfaste pour les enfants, les petits en dessous de 2-3 ans ont besoin de calories pour affronter l'effort », précise Jean-Louis Chabernaud.

 

Il faut d'abord se mouiller la nuque avant de plonger

VRAI. « Un brutal changement de température peut provoquer une réaction de type malaise vagal », signale le médecin. Mieux vaut ne pas se jeter dans une eau froide après avoir lézardé des heures au soleil et se glisser piano, piano dans l'eau fraîche.

 

On peut mourir d'hydrocution

FAUX. « L'hydrocution est un concept daté d'il y a trente ans et qui n'a pas tellement de pertinence, balaie le docteur Chabernaud. Il cache un important nombre de noyades notamment chez les enfants. » L'été dernier, l'Institut (national) de veille sanitaire (InVS) avait tiré la sonnette d'alarme, le nombre des noyés avait beaucoup augmenté surtout chez les moins de 20 ans, catégorie pour laquelle le nombre de décès avait été multiplié par deux. Entre le 1 er juin et le 15 juillet, l'InVS avait dénombré 761 noyades pour 261 décès. Plutôt que de craindre un coup de froid, il faut favoriser les baignades surveillées par ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M1765517 il y a 4 mois

    au plus les connaissances s'améliorent, au plus les gens s'abêtissent devant cette société super organisée à manipuler ! seul le bon sens l'emporte !

  • M5441845 il y a 4 mois

    Et oui encore un risque universel qui n'existe pas. Concept stupide qui m'a gâché mon enfance. En outre quand on attend les 2 ou 3 ou 4 heures pour se baigner, on reste au soleil et on accroit le risque de choc thermo différentiel a l'origine de l'hydrocution si tant est qu'elle existe. Enfin ce risque existe peut être pour l'adulte de 50 ans avec quelques facteurs de risques cardiaque mais pas chez l'enfant. Apprenons aux enfants a nager et laissons les s'amuser dans l'eau...