Plafond salarial : Deux clubs en infraction

le
0
Plafond salarial : Deux clubs en infraction
Plafond salarial : Deux clubs en infraction

Le président de la Ligue nationale de rugby (LNR), Paul Goze, a indiqué jeudi à l'AFP que deux clubs du Top 14 seraient sanctionnés pour manquement au " salary cap " (plafond salarial fixé à 10 millions d'euros par saison et par club) sur la saison 2013-2014. Cinq clubs sont également en infraction quant au règlement des jeunes issus des filières de formation.

« Pour l'un, il s'agit d'un dépassement et l'autre un défaut de document », a précisé Paul Goze, président de la LNR, a propos des deux entités concernées par une infraction au plafond salarial fixé en Top 14. Si l’on connaît désormais les manquements à la règle des clubs en question, leur identité reste en revanche inconnue. Et si rappel à l’ordre il y a, celui-ci ne devrait être trop lourd, Paul Goze s’attendant davantage à une sanction « de principe ».

L’heure est à l’indulgence

L'Assemblée générale de la LNR n'ayant entériné le durcissement du contrôle du plafond salarial que le 6 juillet 2013, le président de la Ligue considère en effet être « plus dans une année de transition » de par la date tardive de cette décision par rapport à la saison 2013-2014 : « Tout le monde avait alors bouclé son effectif pour la saison suivante (2013-2014), donc il y a un moratoire sur les décisions prises par les clubs auparavant. » Le Conseil supérieur de la Direction nationale d'aide au contrôle de gestion (DNACG) doit se prononcer « fin juin, début juillet ».

Cinq clubs privés de prime JIFF

Par ailleurs, Brive, Oyonnax, Bayonne, Lyon et La Rochelle n'ont pas satisfait au règlement concernant les JIFF, qui oblige chaque club à aligner en moyenne 12 joueurs issus des filières de formation par feuille de match. Ces cinq clubs pourraient donc voir une prime d'au moins 3 millions d'euros leur passer sous le nez. « Ils ne sont pas loin de l'objectif mais ne l'ont pas atteint », a précisé Goze, ajoutant qu’ « en revanche, en Pro D2, tout le monde a respecté le quota. Certains clubs toucheront donc moins de 3 millions cette saison et d'autres jusqu'à 3,5, 3,6 millions d'euros. Et contrairement aux idées reçues, ceux qui toucheront le plus sont souvent les mieux classés ». De quoi tordre le cou à ceux préférant le recrutement à la "formation maison", mais aussi celui de ceux pensant que nombre de clubs contournent le règlement en attribuant le label JIFF à de jeunes recrues étrangères. « Etranger ou non, tout le monde ne devient pas JIFF en passant tranquillement trois ans en centre de formation, a-t-il tenu à rappeler. Il faut réussir des examens scolaires ou universitaires, notamment en langue française ». Cette saison, seuls trois joueurs d'origine étrangère ont en effet obtenu le statut de jeune issu des filières de formation : le Bordelais Matthew Graham, le Toulonnais Konstantin Mikautadze et le Clermontois Noa Nakaitaci). Un nombre qui devrait toutefois augmenter progressivement puisqu’« il y a actuellement 80 étrangers dans les centres de formation des clubs professionnels en France ».

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant