Placement : où investir avant la fin de l'année

le
4
Certains dispositifs d'investissement seront moins incitatifs ou vont même disparaître en 2013. Le point sur les opportunités qui s'offrent encore à vous avant le 31 janvier.

Les contribuables peuvent encore agir pour réduire leurs revenus imposables au titre de 2012. Ils peuvent par exemple investir dans des PME ou de l'immobilier et profiter une dernière fois du plafond de 18.000 euros, majorés de 4 % des revenus nets pour les niches fiscales. L'an prochain, ce plafond sera ramené à 10.000 euros. Mais un investissement réalisé cette année restera soumis au plafonnement des niches à 18.000 euros. «À l'avenir, les épargnants pourront moins réduire leurs impôts. D'autant que le plafond de 10.000 euros sera vite atteint notamment par les familles qui emploient une personne à domicile ou bénéficient déjà de réductions d'impôts», souligne Mikaël Maheust, avocat associé chez Fidal. Certains contribuables seront donc tentés de profiter de cette dernière fenêtre avantageuse. Mais gare aux excès.

L'investisseur prêt à prendre des risques peut toujours investir dans des PME non cotées en Bourse. En souscrivant des parts de FCPI et de FIP, il bénéficiera d'une réduction d'impôt égale à 18 % du montant investi dans la limite de 24.000 euros pour un couple. Au total, l'économie d'impôt maximale est de 4320 euros. À condition de rester investi au minimum pendant au moins cinq ans ou huit ans. L'ISF PME a lui aussi été maintenu en l'état. En investissant dans une PME, le contribuable peut bénéficier d'une réduction d'ISF représentant 50 % de sa mise (dans la limite de 45.000 euros et de 18.000 euros via un fonds FIP ou FCPI).

Les épargnants qui veulent investir dans l'immobilier n'ont plus que quelques semaines pour choisir consciencieusement un programme qui leur permettra de réduire leurs impôts. Ceux qui ne veulent pas gérer eux-mêmes les locations peuvent prévoir l'achat d'un bien dans une résidence de services. Le dispositif Scellier vit lui aussi ses derniers jours (il sera remplacé par un nouveau dispositif le 1er janvier 2013). Pour ceux qui souhaitent disposer d'une ultime réduction d'impôt de 13 % pour un Scellier «classique», il reste encore quelques programmes. En revanche, si vous envisagez de vendre une résidence secondaire ou un bien locatif, il est peut-être préférable d'attendre 2013. Pour inciter les propriétaires à vendre leurs biens détenus depuis moins de 30 ans, le gouvernement a maintenu le taux de 19 % sur les plus-values de cession. Et l'an prochain, les particuliers bénéficieront d'un abattement supplémentaire de 20 %! «Cet abattement n'aura bien souvent qu'un impact marginal. En particulier pour ceux qui vendront un bien acheté ou hérité il y a 10 ou 15 ans et susceptible de générer une importante plus-value», nuance Xavier Boutiron, notaire chez Cheuvreux Notaires. Certains se laisseront tenter par le dispositif Malraux qui permet de participer à la restauration des monuments historiques tout en bénéficiant d'avantages fiscaux incitatifs (réduction d'impôt de 36 % en secteur sauvegardé dans la limite d'un plafond de 100.000 ¤ de dépenses). Mais les programmes sont peu nombreux. En 2013, ce dispositif échappera au plafonnement des niches fiscales. Un avantage qui vaut aussi pour les investissements dans les DOM-TOM (souvent très risqués) et les Sofica, investies dans le cinéma et peu nombreuses.

LIRE AUSSI:

» Impôts: ce que vous allez vraiment payer

» Profitez des dernières heures du régime Scellier

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • supersum le mercredi 3 oct 2012 à 17:00

    Ce qui est amusant c'est que dans leur perspectives de revenus faciles ils omettent tous de déduire la CSG alors comme ça c'est facile et sur le papier ça fait bien.

  • M8700720 le mercredi 3 oct 2012 à 16:38

    Bien dit on vous agite toujours la carotte fiscal sous le nez et vous ne voyez que ça. Mais c'est finalement pour vous la mettre dans le

  • didi.sal le mercredi 3 oct 2012 à 16:35

    ou comment gagner 10 en niches fiscales pour perdre 30 en capital,ils sont fortiche ces technocrates

  • dfrosch le mercredi 3 oct 2012 à 16:05

    Un florilège de bonnes idées pour gagner *un peu* d'impôt et perdre *un max* !