Placement forestier : attraits et contraintes

le
0
Michel de Vasselo, ingénieur ESB,
Michel de Vasselo, ingénieur ESB,

La forêt française est présumée relever d'une fiscalité avantageuse. Mais il n'est jamais souhaitable de choisir un placement pour cette seule raison. Quand l'Etat accorde des avantages fiscaux à un secteur, c'est qu'il est momentanément, ou durablement, en difficulté. Construire une stratégie d'investissement dans la perspective d'une fiscalité avantageuse, c'est courir le risque d'en voir s'effondrer la rentabilité à la prochaine loi de finances.  (lerevenu.com) - La nature particulière du placement forestier La forêt pousse lentement. Entre la plantation et la récolte définitive d'un peuplement de chênes, il se passe entre 120 et 180 ans. Pour les essences dites « rapides », ce temps peut être divisé par deux, ce qui reste un placement de très long terme. La forêt est une usine à produire du bois dont la particularité tient à la confusion entre l'outil de production, le stock et le capital producteur. C'est en quelque sorte une usine où les machines-outils grossiraient d'année en année et, en vieillissant, s'apprécieraient au lieu de se déprécier. La production annuelle serait très exactement le grossissement et la réappréciation de ces machines-outils. Pour dégager un revenu, on vendrait une partie de ces machines qui alors cesseraient de produire. Les arbres sont ces machines à faire du bois. L'accroissement est proportionnel au volume de bois sur pied mais il n'est pas indéfiniment linéaire. Il ne sert à rien

Lire la suite sur le revenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant