Place à la montagne anglaise

le
0

Plus ils jouent, plus ils s'interrogent... Vainqueurs à Dublin de l'Irlande (25-22), dimanche, les Bleus n'en ont pas tiré plus de certitudes que lors de leur succès, la semaine précédente, au Stade de France face à l'Ecosse (34-21). Leur défense élastique (trois essais encaissés à chaque fois), leurs difficultés à imposer un jeu propre et rythmé, n'ont pas dissipé les questions qui les tourmentent. Au contraire. La mission qui s'annonce n'est pas propre à les rassurer. Après trois jours de repos, Dusautoir et ses coéquipiers retrouveront le centre d'entraînement de Marcoussis, jeudi, avec une seule idée en tête : battre l'Angleterre, le grand favori du Tournoi, samedi 26 février à Twickenham. Une possibilité ou un rêve ?

Les Anglais au-dessus du lot

Impressionnants samedi devant les Italiens (59-13), les joueurs de Martin Johnson n'en finissent plus de progresser. Déjà vainqueurs au Pays de Galles (26-19) lors de la 1re journée, les hommes de la Rose paraissent intouchables. Cet automne, ils ont dominé les Australiens, comme ils l'avaient déjà fait l'été dernier. « Il n'y a rien à dire, ils sont plus forts dans tous les domaines, souligne Marc Lièvremont. Ils ont beaucoup de fraîcheur, ils sont en pleine confiance, ils maîtrisent leur rugby. L'entente entre leurs clubs et leur fédération les place dans les meilleures conditions de travail. Si l'on regarde les choses en face, on peut se dire que l'on ira là-bas pour éviter de prendre trente ou quarante points... » Battu 34-10 il y a deux ans à Londres, le XV de France a arraché son Grand Chelem la saison passée devant l'Angleterre (12-10).

Des raisons d'y croire quand même

« En Angleterre, ça va être autre chose, on s'attend à un combat beaucoup plus dur. On a encore beaucoup de travail si on veut espérer être dans le coup. » Nicolas Mas, le pilier de Perpignan, est rentré chez lui l'esprit préoccupé. Au ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant