Pizarro au Werder, l'histoire d'un éternel retour

le
0

Pour la troisième fois de sa carrière, l'attaquant péruvien pose ses valises sur les bords de la Weser. Car entre Claudio Pizarro et le Werder Brême, c'est de l'amour véritable. Et quelles que soient ses performances cette saison, les fans du SVW aimeront toujours leur "Pizza ".

L'histoire est belle. Voilà des jours que les fans du Werder Brême souhaitaient que les dirigeants de leur club fassent quelque chose pour faire revenir encore une fois leur idole Claudio Pizarro. Alors ces derniers temps, le peuple vert et blanc a gentiment mis la pression aux autorités du club de la Weser. Notamment sur les réseaux sociaux. Pendant des jours, les supporters du Werder ont empilé des arguments favorables à la venue du Péruvien, sous le mot-dièse #verhandlungsmasse (négociation de masse) : "Si Pizarro vient, je paye ma Bratwurst à Thomas Echin (le manager du club) lors du prochain match des U23" ; "Si Pizarro vient, il aura le droit à un gigantesque tifo dans tout le stade" ou plus farfelu encore "Les mathématiciens les plus célèbres du monde avouent que le nombre Pi vient de Pizarro – parce qu'il est infiniment génial". Même Mario Basler, qui a joué en vert et blanc de 1993 à 1996, y va de sa petite phrase : "Pizarro au Werder ? Allez, je reviens. Avec mes corners et ses têtes, tu peux gagner le championnat." Bref, c'est peu dire que tous les Werderaner voulaient la même chose : le retour de leur ancienne gloire. Et leur souhait a fini par être exaucé : Claudio Pizarro, 36 ans, a signé un contrat d'un an en faveur du Werder, avec une année supplémentaire en option.

Le meilleur buteur étranger de la Bundesliga


"Je suis vraiment très content d'être de nouveau à Brême. Le Werder, c'est ma seconde maison. Ma femme et mes enfants aiment être ici. Ils vont venir – et mes chiens aussi." Bien que Pizarro blague un peu lors de sa présentation, il n'en demeure pas moins sérieux. Le Werder et lui, c'est une longue histoire d'amour. Une idylle commencée lors du siècle dernier. Arrivé sur les bords de la Weser en 1999, le jeune buteur péruvien fait très vite parler de lui : 10, puis 19 buts lors de ses deux premières saisons en Bundesliga. Forcément, il finit par atterrir au Bayern, où il ramasse des trophées à la pelle. Mais si, en Bavière, il est une star parmi les stars, son statut est tout autre dans le Nord de l'Allemagne. À Brême, Pizarro est une idole qu'on cherche à séduire et à attirer dès que l'occasion se présente. C'est ainsi que "Pizza" reviendra livrer ses buts après une expérience malheureuse à Chelsea. Barré par la concurrence (Anelka, Drogba,…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant