Piste terroriste écartée pour des explosions le 14 juillet 2015

le
1
Smoke billows into the sky from one of two fires that started overnight on a petrochemical facility owned by American firm LyondellBasell at the refineries around the Etang de Berre
Smoke billows into the sky from one of two fires that started overnight on a petrochemical facility owned by American firm LyondellBasell at the refineries around the Etang de Berre

MARSEILLE (Reuters) - Un Franco-tunisien de 34 ans a été écroué pour sa participation présumée aux explosions et aux incendies qui ont touché, en juillet 2015, deux cuves du site pétrochimique de LyondellBasell de Berre-l'Étang (Bouches du Rhône), un acte "sans motivation terroriste" selon la procureure d'Aix-en-Provence.

"Rien ne nous permet de dire qu'il s'agit d'un acte terroriste. C'est plutôt l'inverse", a dit vendredi Dominique Moya à la presse. "Rien ne le relie à un acte terroriste, soit isolé, soit en lien avec une organisation".

"Il n'était pas dans l'idée d'une action spectaculaire pour tuer en masse", a-t-elle précisé.

Selon la magistrate, le suspect n'a pas le "profil d'une personne qui a voulu nuire aux intérêts de la France", même si le choix de la date, un 14 juillet, "n'a pas été fait au hasard".

Cet homme sans antécédent judiciaire, à l'exception d'un délit routier, affirme avoir agi seul et demeure flou sur ses réelles motivations. "C'est un solitaire sans aucun affichage activiste, ni lien avec des organisations radicalisées", précisent les enquêteurs.

Lors de ses auditions, il dit avoir voulu alerter la France sur le positionnement d'un certains nombre de pays. "Il insiste pour dire qu'il n'a pas voulu porter atteinte aux intérêts de la France. Mais nous continuons à vérifier car les explications qu'il nous donne ne nous satisfont pas pleinement", souligne la procureure.

Le 14 juillet 2015, deux explosions s'étaient produites sur le site pétrochimique, entraînant l'incendie de deux cuves de 40.000 m3 de produits inflammables. Un dispositif explosif de même nature n'avait pas fonctionné sur une troisième cuve.

L'auteur présumé de ces faits a été interpellé le 17 juin après l'attaque à l'explosif d'un distributeur automatique de billets (DAB) dans la région d'Aix-en-Provence. Au total, il reconnaît une demi-douzaine d'attaques de DAB dans les Bouches-du-Rhône, la Drôme et le Rhône entre 2012 et 2016.

Le suspect, qui a suivi une formation aux explosifs pour travailler sur les chantiers, a volé sous la menace d'une arme un stock de 150 kilos d'explosifs en 2012 dans une carrière de Saint-Quentin (Isère).

Les perquisitions menées à son domicile marseillais ont permis de retrouver une dizaine de kilos d'explosifs et une somme de 36.700 euros. Le suspect a également mené les enquêteurs à une cache aménagée dans une forêt où les gendarmes ont encore mis la main sur 80 kilos d'explosifs.

(Jean-François Rosnoblet, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • worsbunc il y a 5 mois

    un militant de green peace peut etre ?