Pisa 2012 : France, échec et maths

le
6
Photo d'illustration.
Photo d'illustration.

Sans surprise, les résultats de l'enquête Pisa 2012 (Programme pour le suivi des acquis des élèves), dévoilés mardi par l'OCDE, ne sont pas bons pour la France. Cette vaste évaluation internationale, réalisée tous les trois ans dans les pays de l'OCDE et ses partenaires, permet d'apprécier les capacités des élèves de 15 ans à utiliser leurs connaissances dans trois domaines : la lecture, les mathématiques et les sciences. Pour la cuvée de cette année, l'enquête s'est particulièrement concentrée sur les mathématiques, comme c'était déjà le cas en 2003 : une comparaison qui rend possible l'évaluation des capacités d'un pays à se renouveler, sur un plan tant économique que social.

25e mondial en maths

L'OCDE redoute que son enquête serve à débiter des classements à tout-va : "Les pays participant à l'étude ne sont pas les mêmes d'une cuvée sur l'autre, c'est hasardeux de comparer l'évolution des classements", insiste l'organisation internationale. "D'ailleurs, les pays ne sont pas nécessairement comparables entre eux", précise-t-elle. Il ne faudrait donc pas tenir compte du recul de la France à la 25e place du classement international. Cela dit, nul besoin de comparer la France avec ses voisins pour constater que le niveau de ses élèves baisse. Les résultats des jeunes Français en mathématiques sont moins bons qu'en 2003 (la moyenne française est cette année de 495 points, contre 511 points). Certes, le niveau a moins...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3155433 le mercredi 4 déc 2013 à 10:25

    Les constats et rapports sont bien connus pour redresser la pente , tout comme les réformes a faire pour arreter la dette qui continue d'augmenter , malgré toutes les alarmes au rouge . Mais les politiciens ne sont pas là pour gérer la France mais là pour leur place,et cela tant qu'ils seront rééligibles, ils ne penseront qu'a la démagogie, qu'au "tout va bien", plutot que de risquer une réforme qui couterait des voix.

  • M898407 le mercredi 4 déc 2013 à 08:52

    Et quelles sont les mesures prévues par les syndicats d'enseignants pour retourner cette mauvaise tendance ??? Leur silence est honteux ! Ils vont continuer à "former" des futurs chomeurs car inadaptés au monde du travail...

  • hmalglai le mercredi 4 déc 2013 à 08:28

    Autrefois, ma fille a pu bénéficier des interventions RASED et ça a plutôt bien marché. Ces profs spécialistes des situations difficiles prenaient les élèves par groupes de 4 ou 5.A l'instant 'T' ça peut avoir un coût. Mais comme on ne veut pas évaluer le coût pour la société d'une scolarité ratée (chômage, violence, délinquance, assistanat sur 50 ans...) on préfère supprimer les postes des gens les mieux formés :l'économie est instantannée. Vision TCT qui se paie au prix fort.

  • gourbi le mercredi 4 déc 2013 à 08:07

    Les enseignants spécialisés des Rased (les mieux formés du système éducatif pour le traitement de la grande difficulté scolaire) ont quasi disparu de certains départements. Il y a eu un rapport sénatorial en juillet 2013 sur le Réseaux d'Aides Spécialisées aux Elèves en Difficultés (RASED). Avec un tel gâchis, faut pas venir pleurer sur les plateaux TV quand PISA révèle le scandale !

  • mlaure13 le mercredi 4 déc 2013 à 00:04

    Quand on prend le temps d’analyser les chiffres en rapport des Pays, on voit tout de suite qu’elle en est la raison…Par contre, on peut dire qu’on est même bien placé, pour un Pays qui recueille le plus de chienlit du monde, et dont on veut en faire une chance pour la France, en tirant son éducation et économie vers le bas !...Et effectivement, ça donne des électeurs à un certain Parti, qui, sans ces derniers, serait pratiquement inexistant. FRANCE...ou est ton rayonnement ?...

  • GuyAOC le mardi 3 déc 2013 à 17:49

    Après avoir mis les retraites à plat ( sans aucune mesure pour les régimes spéciaux ) . . . après avoir mis la fiscalité à plat ( avec des nouveaux impôts et des nouvelles taxes ) . . . le gouvernement va mettre le système éducatif à plat ( sans toucher au collège unique, sans mettre les enseignants au travail ) . . . ça promet !!!