Pirlo a croqué la Pomme

le
0
Pirlo a croqué la Pomme
Pirlo a croqué la Pomme

C'est officiel : Andrea Pirlo jouera la saison prochaine en MLS, à New York City. Une perte pour la Juventus et le football italien, forcément, mais Andrea a eu le courage de partir avant de devenir un poids. Ciao, grande maestro.

Dans le salon du domicile familial, planté entre un canapé en cuir moderne et une table basse en bois de qualité certaine, il y a cette vieille lampe. Elle est à la fois belle et moche, cette lampe. Mais elle est vieille. Elle est orange. Elle ne va pas du tout dans le décor. Une lampe design irait bien mieux à cet endroit-là, en dessous du petit cadre qui va bien. Pourtant, la lampe est là. C'est le paternel qui l'a achetée il y a trente ans. Elle fait partie du décor. Personne n'ose vraiment la toucher, ni la déplacer. Tout le monde sait qu'elle a fait son temps, mais le premier qui oserait ne serait-ce qu'émettre l'idée de la balancer risquerait de se faire foudroyer du regard par le reste de la famille. Il existe, heureusement, une différence notable entre une lampe et un être humain. L'humain n'a besoin de personne pour se balancer aux encombrants. Et comme Andrea Pirlo n'est pas une lampe, mais que son génie a éclairé pendant près de deux décennies le football italien, il a pris la décision tout seul. Comme un grand. Il s'en va. Il quitte le domicile familial la tête haute, avant de devenir ringard et encombrant. Andrea le sait. Il a fait son temps en Serie A. Il pourrait tirer sur la corde, se contenter d'une place de remplaçant de luxe. Mais il n'est pas fait de ce bois-là. Les ampoules à économie d'énergie, très peu pour lui.

Des larmes d'adieu ?


Alors voilà, c'est comme ça qu'on se dit "ciao". Andrea quitte la Juventus, quitte l'Italie, quitte la Serie A, pour rejoindre son rêve américain. De la Vieille Dame à la Grande Pomme, New York l'accueille en son sein. Il s'en va retrouver David Villa et Frank Lampard dans la nouvelle franchise de MLS. Cela faisait longtemps que cela le démangeait. L'un de ses meilleurs potes, Alessandro Nesta, tentait régulièrement de le convaincre de le rejoindre de l'autre côté de l'océan. Mais Pirlo avait encore des choses à faire. Encore des titres à gagner. Avec la Juventus, qui lui a offert une seconde jeunesse, il a remporté cette saison un doublé historique : Scudetto-Coupe d'Italie, qui aurait pu se transformer en triplé avec cette finale de Ligue des champions. Sa quatrième finale, pour un bilan en parfait équilibre de deux victoires et deux défaites.

Une finale que le beau barbu avait terminée en larmes, comme celle de l'Euro 2012 perdue face à l'Espagne. Les supporters turinois s'étaient alors inquiétés : étaient-ce des…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant