Piratage: tous les employés fédéraux américains touchés, selon un syndicat

le
0
Piratage: tous les employés fédéraux américains touchés, selon un syndicat
Piratage: tous les employés fédéraux américains touchés, selon un syndicat

Un syndicat américain a affirmé jeudi que les pirates informatiques qui ont infiltré les bases de données du gouvernement sont en possession d'informations personnelles sur l'ensemble des employés fédéraux du pays, relançant les craintes sur les limites de la cyberdéfense américaine.Dans un courrier adressé aux autorités, le Syndicat américain des employés gouvernementaux affirme que les pirates - qui seraient liés à la Chine selon des médias américains - ont obtenu les numéros d'identification (Social Security number) de tous les employés fédéraux."Les pirates sont désormais en possession des toutes les données personnelles de chaque employé fédéral, chaque retraité fédéral, et jusqu'à un million d'anciens employés fédéraux", souligne le courrier.Le gouvernement américain a annoncé la semaine dernière avoir détecté le piratage informatique des données personnelles de quatre millions d'employés fédéraux.Un énième incident qui a mis en lumière les limites de la cyberdéfense américaine, un problème contre lequel l'administration Obama peine à trouver une parade adéquate.Selon le président du syndicat, David Cox, les numéros d'identification n'étaient pas codés, ce qui constitue "une faille de cybersécurité absolument scandaleuse et indéfendable".Parmi les données personnelles compromises, les pirates auraient notamment récupéré les adresses, dates de naissance, salaires et données militaires de tous ces employés, affirme le syndicat.Quelque 750.000 employés civils du Pentagone se trouveraient parmi les millions d'employés concernés.Cette "cyber-intrusion" a été détectée en avril par l'Office of Personnel Management (OPM), qui gère les effectifs du gouvernement et attribue des centaines de milliers d'accréditations aux fonctionnaires fédéraux chaque année.- Les employés contactés -"La portée exacte de cette intrusion précise continue de faire l'objet d'une ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant