Piratage informatique "Blackshades": 100 arrestations dans le monde

le
0
Piratage informatique "Blackshades": 100 arrestations dans le monde
Piratage informatique "Blackshades": 100 arrestations dans le monde

Quelque 100 personnes ont été interpellées dans le monde dans le cadre d'une opération visant le logiciel "Blackshades", utilisé pour prendre le contrôle d'ordinateurs à distance à des fins criminelles, ont annoncé lundi les agences Europol et Eurojust."Au cours d'une enquête internationale, des créateurs, vendeurs et utilisateurs du logiciel malveillant Blackshades ont été visés par les autorités de 16 pays différents", ont indiqué les agences européennes de coordination policière et judiciaire Europol et Eurojust dans un communiqué.Les utilisateurs de "Blackshades" ("ombres noires" en anglais, ndlr) peuvent prendre à distance le contrôle d'un ordinateur, et par exemple accéder aux photos s'y trouvant, crypter les dossiers ou encore activer secrètement la webcam.Dans certains cas, des demandes de rançon ont été envoyées aux victimes suite à la prise de contrôle de leur ordinateur.Ce logiciel dit "malveillant", acheté par des milliers de personnes à travers le monde, peut également être utilisé pour des cyberattaques dites de "déni de service", qui peuvent rendre un site internet inaccessible.L'opération policière, menée en coordination avec le FBI, a duré deux jours, selon Eurojust.Des perquisitions ont été menées dans 359 lieux et 97 personnes ont été interpellées tandis que "des quantités substantielles" d'argent liquide, armes illégales, drogues et plus de 1.000 disques durs ou clés USB ont été saisis.Eurojust a notamment évoqué un cas récent aux Pays-Bas : "Blackshades a été utilisé à des fins criminelles par un homme de 18 ans qui a infecté au moins 2.000 ordinateurs, et contrôlé les webcams des victimes pour prendre des photos de femmes et de filles".Les Pays-Bas, la Belgique, la France, l'Allemagne, le Royaume-Uni, l'Italie, le Canada, le Chili et la Suisse figurent parmi les pays ayant participé à l'opération.Selon ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant