Piratage de Sony: la Maison Blanche évalue la réplique "appropriée"

le
0
Piratage de Sony: la Maison Blanche évalue la réplique "appropriée"
Piratage de Sony: la Maison Blanche évalue la réplique "appropriée"

La Maison Blanche évaluait ses options jeudi pour répliquer au piratage massif de Sony Pictures, sans aller jusqu'à l'attribuer explicitement à Pyongyang, considéré comme l'auteur le plus probable de cette attaque informatique sans précédent.Interrogé sur la réponse que la Maison Blanche entendait apporter à ce qu'il a qualifié de "grave affaire de sécurité nationale", le porte-parole de l'exécutif Josh Earnest a souligné que le gouvernement américain examinait "un ensemble d'options" qui devraient être "appropriées" et "proportionnelles".Mercredi, Sony Pictures Entertainment (SPE) a décidé d'annuler la sortie de "L'interview qui tue!", comédie satirique sur un complot fictif de la CIA pour assassiner le leader nord-coréen Kim Jong-Un, après que le groupe de pirates ayant revendiqué l'attaque informatique, le GOP, eu menacé de s'en prendre aux salles de cinéma et aux spectateurs.Le GOP demandait au studio de cinéma et de télévision depuis le début de l'attaque, le 24 novembre, de ne pas sortir le film que Pyongyang qualifie d'"acte de terreur", et avait promis des "représailles impitoyables" dans le cas contraire.Pyongyang a nié être à l'origine du piratage mais l'a qualifié d'"acte légitime".Une source chez Sony a indiqué à l'AFP qu'il "semble" que l'attaque ait été téléguidée par le régime communiste. La police fédérale (FBI) devrait s'exprimer sur le sujet prochainement. Certains experts, à l'instar de Bruce Bennett, analyste spécialisé dans la défense chez RAND Corporation, prônaient une réponse forte de la Maison Blanche pour décourager "la Corée du Nord de mener des attaques encore plus sérieuses".Il a souligné que les Américains pourraient avoir recours à des répliques non conventionnelles comme faire passer des DVD de "L'interview" en Corée du Nord ou faire fuiter des informations ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant