Piratage d'Ashley Madison : des ministères au simple quidam, Israël n'est pas épargné

le
0
Après la publication par les hackers d'Impact Team, à la mi-août, de près de 20 gigas de fichiers contenant des adresses e-mail de clients, 50 000 Israéliens  sont dans le souci.
Après la publication par les hackers d'Impact Team, à la mi-août, de près de 20 gigas de fichiers contenant des adresses e-mail de clients, 50 000 Israéliens  sont dans le souci.

Quand la version en hébreu d'Ashley Madison, le site de rencontres extraconjugales, a été lancée au printemps 2014, ce fut comme une « ruée vers l'or ». En quelques jours, des dizaines de milliers d'Israéliens se sont abonnés. Un an plus tard, en mai 2015, lors d'une visite à Tel-Aviv, son PDG, Noel Biderman, avançait dans une interview au journal en ligne Walla le chiffre de 170 000 abonnés israéliens. Coquin, il ajoutait : « Ici, il y a un gros appétit pour les femmes des autres. » Au quotidien économique Globes, il déclarait : « Avant le lancement d'Ashley Madison, les gens avaient ici des affaires extraconjugales, et lorsque je disparaîtrai, ils en auront encore. Alors, pourquoi ne pas leur donner un réseau social sur lequel ils peuvent se retrouver, tous ensemble ? »

Trois mois, plus tard, on est loin, en Israël, de ce ton entre gourmandise coquine et constatation des faiblesses humaines. Après la publication par les hackers de Impact Team, à la mi-août, de près de 20 gigas de fichiers contenant des adresses e-mail de clients, 50 000 Israéliens sont dans le souci. Tsinor Laila (Tuyau de la nuit en français), la très populaire émission consacrée au Web de la chaîne 10 israélienne, les a analysés. Guy Leher, son rédacteur en chef, explique : « Dans le lot, nous avons trouvé 200 adresses provenant de ministères, surtout ceux de la Justice et de la Santé. Il y a même un grand directeur d'hôpital...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant