Piratage: 1,2 milliard de mots de passe volés, une opération sans précédent

le
0
Piratage: 1,2 milliard de mots de passe volés, une opération sans précédent
Piratage: 1,2 milliard de mots de passe volés, une opération sans précédent

Le vol de 1,2 milliard de mots de passe serait, s'il était avéré, le piratage informatique le plus vaste jamais perpétré, selon des experts interrogés mercredi, qui notent la méthode peu commune mise en ?uvre à cette occasion.La société spécialisée en sécurité informatique Hold Security affirme qu'un groupe de pirates russes s'est emparé d'environ 1,2 milliard de mots de passe et adresses mail dans le monde permettant de se connecter à 420.000 sites internet, de tout type et de toute taille.Cette opération d'envergure aurait duré plusieurs mois entre 2013 et 2014, selon l'entreprise qui a déjà révélé plusieurs opérations cybercriminelles comme celle ayant touché l'éditeur de logiciels Adobe à l'automne dernier, et concernait le vol de données personnelles et bancaires de près de 3 millions de personnes."Si elle est avérée, ce serait la plus grosse opération de compilation de données volées", dit Loïc Guezo, directeur stratégie de la société de sécurité informatique Trend Micro pour l'Europe du sud."C'est une attaque relativement simple mais intéressante par sa largeur et sa méthode structurée, qui a utilisé des ordinateurs infectés pour tester la vulnérabilité de sites internet. C'est assez peu courant, la technique est fine", résume-t-il à l'AFP.La plupart du temps, les cybercriminels ont dans le viseur une cible précise, comme une entreprise dont ils vont chercher les failles, alors que dans le cas présent ils ont commencé par infecter des ordinateurs de particuliers qu'ils ont mis en réseau (ce qu'on appelle un "botnet")."Ces ordinateurs étaient alors missionnés par un logiciel malveillant pour tester si les sites internet visités par les utilisateurs comportaient des failles. Si c'était le cas, des attaques unitaires étaient alors menées. Il n'y avait donc pas de cible déterminée au départ, tout s'est fait au hasard de la navigation des ordinateurs infectés", ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant