Piqûres de moustique : les questions que l'on se pose

le , mis à jour à 09:28
0
Piqûres de moustique : les questions que l'on se pose
Piqûres de moustique : les questions que l'on se pose

Il y a des « peaux » à moustiques ?

Oui La femelle moustique (c'est elle qui pique) est attirée par trois éléments qui varient chez chaque être humain. Le CO2, d'abord, que chacun rejette lorsqu'il respire ou transpire. L'odeur des individus, ensuite, liée aux différentes bactéries qui cohabitent sur la peau et qui dégagent des niveaux variables d'acides gras. Molécules dont raffolent les moustiques. La chaleur des corps est également un facteur d'attraction, plus élevé par exemple chez la personne malade ou la femme enceinte. Enfin, les hommes pourraient être un peu mieux protégés pour une tout autre raison : la pilosité. Les moustiques peinent à trouver leur chemin sur des jambes ou des bras très poilus.

Peut-on éviter d'être piqué en se douchant régulièrement ?

Oui et non En théorie, oui, puisque l'eau et le savon vont évacuer la transpiration ou faire baisser la température du corps. Mais l'effet reste limité à quelques minutes.

Les fumeurs sont-ils protégés par la nicotine dans le sang ?

Non Mauvaise excuse pour continuer à fumer. La nicotine est certes un insecticide reconnu. On pourra donc tuer une nuée de moustiques avec une bouffée de cigarette. En revanche, selon les spécialistes, aucune étude n'a démontré aujourd'hui que la présence de nicotine dans le sang protège. Mauvaise nouvelle également pour les apéros d'été. L'alcool sécrète des composés qui, eux, attirent les moustiques.

Les moustiques deviennent-ils plus résistants ?

Oui A l'image de nombreux insectes, le moustique s'adapte. Lorsque les insecticides sont pulvérisés, seuls les individus résistants s'en sortent. Ce sont eux qui ont des descendants. Et leur progéniture naît avec les gènes qui ont permis à leurs parents de survivre. En France métropolitaine, les espèces sont encore sensibles aux insecticides, mais les professionnels déconseillent l'usage de ces produits de manière intensive pour qu'ils restent des armes ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant