Pipe, l'application pour s'échanger des fichiers sur Facebook

le
0
Pipe, l'application pour s'échanger des fichiers sur Facebook
Pipe, l'application pour s'échanger des fichiers sur Facebook

Annoncé comme moribond, dix ans après sa création aux Etats-Unis, le premier réseau social mondial, Facebook, pourrait connaître une cure de jouvence grâce aux applications gratuites que les developpeurs lui ajoutent. La dernière en date, Pipe, créée par une start-up berlinoise éponyme, promet aux utilisateurs d'échanger facilement leurs fichiers en «peer to peer» jusqu'à 1 Go grâce à un nouvelle technologie révolutionnaire, la WebRTC (Web Real-Time Communication). Cette technologie permet de s'affranchir des plugins et d'échanger directement à travers votre navigateur et non plus un logiciel tiers comme Torrent et consorts.

Il suffit d'ajouter Pipe à vos applications Facebook tout en veillant évidemment à limiter les incursions du logiciel dans votre vie privée. Le transfert est un jeu d'enfant. Il ne vous reste plus qu'à choisir un de vos amis, en ligne ou non, et prendre sur votre ordinateur les fichiers (légaux) à partager en privé. «C'est une technologie qui change radicalement la donne, comme si on recablait l'Internet», s'enthousiasme Simon Howell, le fondateur de Pipe.

Plusieurs modes de transfert en et hors-ligne

La vraie prouesse réside dans la capacité de stockage de l'application. Même si votre ami n'est pas connecté ou ne dispose pas encore de l'application, le fichier (jusqu'à 250 Mo) sera entreposé pendant trois jours et la personne alertée par un message privé. Pour bénéficier à plein du service et transférer de plus gros fichiers, il est nécessaire que l'expéditeur et le destinataire soient en ligne et équipés de Pipe. Pour faire simple, un «tuyau» gris signifie que le transfert est limité tandis qu'un «tuyau» vert indique que votre ami est prêt à recevoir.

Pipe fonctionne pour l'instant uniquement sur deux navigateurs gratuits qui supportent la nouvelle technologie WebRTC : Mozilla Firefox et Google Chrome. La prochaine étape pour la start-up sera de décliner ce service tant ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant