PIP : les recrutements fantasques de Mas

le
1
INFO LE FIGARO - Jean-Claude Mas, le patron de l'entreprise varoise Poly Implant Prothese (PIP) n'avait pas son pareil pour recruter ses salariés.

Selon des procès-verbaux d'audition que Le Figaro a consultés et qui ont été réalisés dans le cadre de l'enquête préliminaire sur le volet de la tromperie par les gendarmes de la région Paca, les formations des recrutés étaient loin d'être en adéquation avec leurs postes chez PIP. Une aubaine pour une entreprise qui faisait coexister deux gels pour fabriquer les prothèses: l'un homologué, «le Nusil», et un autre mis au point par Jean-Claude Mas, «le PIP», qui ne bénéficiait d'aucune autorisation et qui était fabriqué à partir d'huile industrielle. Une situation que résume ainsi une salariée: «Je me souviens qu'une fois Monsieur X (...) qui connaît très bien le milieu avait dit 'c'est très louable de la part de PIP d'employer des travailleurs handicapés, mais il ne faut pas mettre des aveugles aux contrôles'. Avec le recul, cette phrase me semble adaptée.» Les auditions de ces ex-salariés ont eu lieu en janvier, avril, mai et octobre 2010.

Quand le sou...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • gacher le lundi 13 fév 2012 à 15:58

    c'est de l'homicide volontaire. Les tribunaux devraient appeler un chat un chat de temps en temps.