PIP : les doutes tardifs de Couty, bras droit de Mas

le
0
De 2003 à 2010, Claude Couty, également interpellé jeudi chez lui, à La Seyne-sur-Mer (Var) était monté en grade chez Poly Implants Prothèses (PIP).

Engagé en octobre 2003 comme directeur financier, il devient directeur général puis président du directoire de l'entreprise. Malgré ces titres, il semble toujours s'abriter derrière le véritable patron: «M. Mas décidait de tout», répond-il aux enquêteurs lors de sa première garde à vue en 2010, ajoutant: «De temps en temps, j'essayais de prendre des mesures mais il intervenait et d'ailleurs, fin 2008, il a dit devant tous les directeurs (...) que tous les ordres émanaient de lui et pas de moi.»

Âgé de 59 ans aujourd'hui, Claude Couty, natif de la Charente-Maritime, a bien roulé sa bosse lorsqu'il arrive chez PIP, société qui lui paraît «petite» au regard de ses précédents postes. Jean-Claude Mas lui présente une entreprise florissante, cotée à New York. Mais ne s'étend ni sur un bilan qui accuse déjà 800.000 euros de pertes à la mi-2003 ni sur les énormes impayés aux fournisseurs comme aux organismes sociaux. Largement de quoi occuper celui qui

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant