Pioneer vise les 250 millions d'euros de collecte en France en 2011

le
0
(NEWSManagers.com) - Le 22 avril 2011, la banque italienne UniCredit annonçait qu' elle ne vendrait pas sa filiale de gestion d' actifs Pioneer Investments, privilégiant la croissance interne. Cela a mis fin à une longue période d' incertitudes et de spéculations autour de la société, laquelle était notamment convoitée par les français Amundi et Natixis. Malgré ces temps difficiles, en 2010, le bureau parisien de Pioneer a connu " sa plus belle année" en termes de collecte, selon son directeur, Fabien Madar. La société a en effet enregistré des souscriptions nettes de 300 millions d' euros, et terminé l' année à 1,5 milliard. " 2010 a été une année de vérité pour nos commerciaux. Il fallait démontrer que malgré la 'strategic review' dont notre société faisait l' objet, notre devenir n' était pas remis en cause. Nous devions donc être proches des clients, ce que nous avons fait et ce qu' ils ont apprécié" .

Et depuis le début de l' année, le bureau de Paris a collecté 100 millions d' euros supplémentaires, si bien que les encours ressortent à 1,6 milliard d' euros, dont 60 % pour une clientèle " wholesale" et 40 % pour des institutionnels. L' objectif est d' atteindre les 250 millions de souscriptions nettes d' ici à la fin de l' année.

Les ambitions de Fabien Madar ne s' arrêtent pas aux frontières françaises puisqu' il couvre également Monaco, le Luxembourg, la Suisse, et, depuis mai, les Pays-Bas et les pays nordiques, une zone géographique qui représente un peu plus d' un milliard d' euros d' encours.

Ces nouvelles fonctions lui ont été attribuées à la faveur du départ de Jilert Blom, qui était à la tête des Pays-Bas et des pays nordiques. Et le rattachement à la France s' explique par le fait que ces marchés, à la fois institutionnels et " wholesale" , comme dans l' Hexagone, ont le même niveau de technicité que le français, explique Fabien Madar.

Aujourd' hui, Pioneer est en fait surtout présent auprès des clients néerlandais et un peu en Suède. Mais la société, sous la houlette de Fabien Madar, compte aussi se développer au Danemark, en Finlande et en Norvège. Concrètement, un commercial, basé à Amsterdam, couvre tous ces marchés, tandis qu' un " country manager" pour l' ensemble de la région est en phase de recrutement. Pour ces pays, " nous n' avons pas d' objectifs quantitatifs pour l' instant, mais qualitatifs : rencontrer le plus de clients possible" , indique Fabien Madar. Quant à une éventuelle implantation physique en Scandinavie, elle viendra en temps voulu, en fonction des résultats du développement?

info NEWSManagers

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant