Pietro Grasso : «La France, cible de la mafia»

le
0
INTERVIEW - Le procureur national antimafia italien participe jeudi à Paris à un sommet européen. Symbole de la lutte contre le crime organisé, il livre en exclusivité au Figaro un «édifiant» état des lieux.

Huit mois après la création par le garde des Sceaux, Michel Mercier, de l'Agence de gestion et de recouvrement des avoirs saisis et confisqués (Agrasc) qui a déjà traité 5000 affaires correspondant à 8000 biens saisis, le procureur national antimafia Pietro Grasso participe jeudi à Paris à un sommet européen organisé par l'agence. Symbole de la lutte contre le crime organisé, il livre en exclusivité au Figaro un «édifiant» état des lieux. 

LE FIGARO.- Vous avez décapité Cosa Nostra en 2006, avec la capture du parrain Bernardo Provenzano, et, pourtant, le crime organisé ne cesse de progresser. Comment l'expliquez-vous ?

Pietro GRASSO - Cosa Nostra, hélas, n'est pas seule dans le paysage. Outre la Camorra napolitaine, la Ndrangheta calabraise et la Sacra Corona Unita des Pouilles, l'Europe est devenue le berceau d'organisations redoutables venant de Chine ou du Nigeria. Toutes fondées sur une même typologie où se mêlent contrôle des territoires et des ho

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant