Pierre & Vacances flambe en Bourse, négocie avec un Chinois

le
1

par Alexandre Boksenbaum-Granier

PARIS (Reuters) - Le titre Pierre & Vacances signe jeudi matin l'une des plus fortes hausses du CAC Mid & Small, dopé par la perspective d'un partenariat entre le groupe de loisirs et une société chinoise.

A 11h20, le titre grimpe de 6,2% à 24,89 euros dans des volumes représentant 1,5 fois leur moyenne quotidienne des trois derniers mois sur Euronext. Au même instant, l'indice CAC Mid & Small avance de 0,32%.

"Après le Club Med, Pierre & Vacances intéresse les Chinois. On ne sait pas si le partenariat sera seulement stratégique ou aussi capitalistique, mais c'est une bonne nouvelle pour les perspectives de développement de la société", explique un gérant en poste à Paris faisant référence à un article des Echos.

Interrogé par le quotidien à l'occasion de la présentation des résultats 2013-2014, le président de Pierre & Vacances, Gérard Brémond, a admis mener des discussions en vue de nouer un partenariat avec une société chinoise avec une éventuelle conclusion "avant la fin de l'année".

"Par contre, il faut espérer qu'en cas de rentrée au capital, l'histoire ne prenne pas la même tournure qu'avec Club Med, dossier devenu une véritable saga", ajoute le gérant parisien.

Le Club Méditerranée fait l'objet d'une bataille acharnée entre le groupe chinois Fosun et l'homme d'affaires italien Andrea Bonomi. La première offre de rachat du groupe chinois remonte à fin mai 2013.

Personne n'était joignable dans l'immédiat chez Pierre & Vacances pour un commentaire.

Le groupe de loisirs et d'immobilier a également réduit de près de moitié sa perte nette au cours de son exercice 2013-2014, dans un contexte difficile pour le secteur du tourisme.

Le chiffre d'affaires de l'exercice clos le 30 septembre 2014 affiche une croissance de 8,8%, bénéficiant d'une forte progression de l'activité immobilière (+61,7%) et de la résistance des activités touristiques (+0,9%), souligne le groupe dans un communiqué.

Le résultat opérationnel courant a été multiplié par 4,5 sur l'exercice à 12,2 millions d'euros et le résultat net accuse une perte de 26,9 millions contre -47,5 millions lors de l'exercice précédent.

Le résultat net intègre notamment 4,2 millions de coûts liés au rachat d'Oceane en février 2014, de 5,0 millions de coûts de restructuration et de deux millions de coûts de fermeture de sites déficitaires.

Le groupe prévoit d'atteindre son objectif de taux de marge opérationnelle courante de 5% à 6% à l'horizon 2017, dans un environnement économique européen "sans dégradation significative".

En ce qui concerne les activités touristiques, il table sur un retour à la profitabilité opérationnelle en 2014-2015 et sur une marge opérationnelle courante de 5% en 2016-2017.

(Avec Jean-Michel Bélot)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7361806 le jeudi 4 déc 2014 à 11:58

    inutile de réversur un immobilier qui baisse