Pierre Rolland ambitieux pour le futur

le
0
Pierre Rolland ambitieux pour le futur
Pierre Rolland ambitieux pour le futur

Pierre Roland, comment abordez-vous le contre-la-montre de samedi, dernière occasion de bien figurer au classement général ?
Le Tour n?est pas encore fini, il reste plus de 50 km demain (samedi). Le contre-la-montre, ce n?est pas mon terrain de prédilection, mais c?est la fraicheur qui fera la différence, en plus des qualités de rouleur. Elle jouera un rôle important, surtout à la fin du Tour.

Dans quel état d?esprit abordez-vous cette nouvelle étape ?
Il y aura moins d?écarts qu?au premier contre-la-montre, mais il y en aura tout de même. Je sais que je ne vais pas battre Wiggins , mais je vais me défendre pour ma place, pour conserver mon rang au général (ndlr : huitième). Et pourquoi pas l?améliorer. Haimar Zubeldia (ndlr : RadioShack, septième au général) est fatigué, et je vais regarder plus devant que derrière moi. J?ai terminé cinquième jeudi (17eme étape), donc je me sens bien. Lors de l?étape du Tourmalet, j?avais les bronches prises, on a réussi à me soigner rapidement et j?ai vite récupéré. Donc je finis bien le Tour, globalement.

Avez-vous été en reconnaissance de ce contre-la-montre ?
Oui, je l?ai reconnu dix jours avant le championnat de France chrono. Je sais ou je vais.

Que vous inspire le parcours ?
Il ne m?inspire pas grand chose ! Ce sont des lignes droites, comme d?habitude. S?il y a du vent ce sera de trois-quarts dos. Il n?y a pas vraiment de grande surprise, c?est rectiligne avec quelques traversées de village. Le final est un peu plus tourmenté avant d?arriver sur Chartres.

Si vous vous amélioriez en contre-la-montre, un podium sur le Tour serait à votre portée. Est-ce que vous allez axer votre entrainement là-dessus dans les mois à venir ?
L?objectif, c?est de m?améliorer. Le premier contre-la-montre m?a désavantagé, je n?étais pas à 100% de mes capacités physiques pures, j?aurais pu mieux faire. Il était plus dans mes caractéristiques que celui de samedi, mais avec ma blessure, je ne pouvais pas tirer sur mon guidon, je ne pouvais pas m?appuyer sur mon bras gauche. J?étais très désavantagé. J?aurai dû perdre beaucoup moins de temps sur le premier contre-la-montre (ndlr : 73eme à 5?34?? de Bradley Wiggins). Après cela va être à moi d?améliorer mes points forts et de travailler mes points faibles si je veux un jour finir dans les tous premiers du classement général.

D?où viennent vos difficultés dans le contre-la-montre ? Vous avez peur de perdre vos qualités de grimpeur, ou c?est plus technique ?
Les rouleurs arrivent bien à grimper donc je ne vois pas pourquoi moi je n?arriverais pas à rouler ! Il faut travailler mes points faibles, garder mes caractéristiques en montée et rouler plus vite sur le plat. On va y arriver. Si notre équipementier travaille, si on travaille avec des ingénieurs comme les grosses équipes, il n?y a pas de raison. J?ai le gabarit pour rouler vite.

Est-ce un exercice que vous n?aimez pas ? Et si oui, pourriez-vous apprendre à l?apprécier ?
C?est quelque chose que j?appréciais quand j?étais jeune, je faisais de belles performances. Mais on n?en fait pas beaucoup. Pourtant, j?ai travaillé plus cette année que les autres années. Mais la concurrence a travaillé autant, voir plus que moi. Le chrono, c?est une remise en question perpétuelle, le matériel évolue tout le temps. C?est un peu comme en Formule 1 : si on continue toujours avec la même voiture on n?avance plus, et on prend des tours et des tours. Le matériel a une importance énorme.

Etait-ce important pour vous cette année de confirmer votre 10eme place de l?année dernière ?
Oui, parce que si je n?avais rien fait cette année, certains auraient dit que je ne tenais pas mon rang, que c?était un coup de chance l?année dernière. Avec mes pépins en début de Tour et ma chute à Metz, j?aurais très bien pu ne pas repartir. J?ai morflé. J?ai une cicatrice qui va rester longtemps sur mon coude, mes côtes me font encore mal. J?aurais pu rester sur le bas-côté, ou j?aurais pu me dire « je suis tombé, je me décharge de toute responsabilité. » Mais non. Je suis là pour le général, et je garde ça dans ma tête. Même si le parcours du Tour cette année n?était pas fait pour moi, je continue à travailler car un jour, le Tour correspondra peut-être à mes caractéristiques. Trois semaines d?efforts, cela ne se prépare pas du jour au lendemain. Ce sont des années de travail.

Malgré les coups durs, êtes-vous fier de votre Tour ?
Oui, je suis passé par plein d?émotion : la joie de la gagne, la chute, les coups de moins bien, les coups de très bien. C?est ça le tour, on passe par plein de choses !

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant