Pierre Moscovici mis à mal à Bruxelles

le
19
Pierre Moscovici mis à mal à Bruxelles
Pierre Moscovici mis à mal à Bruxelles

Malgré son éloquence et sa force de conviction, Pierre Moscovici a eu fort à faire, hier à Bruxelles, devant la commission économique du Parlement européen. Au point qu'il n'est plus tout à fait sûr de pouvoir conserver l'épais portefeuille de commissaire pour les Affaires économiques et financières, la Fiscalité et l'Union douanière pour lequel il a été désigné par Jean-Claude Juncker, le nouveau président de la Commission européenne. Avant toute nomination définitive des membres de l'exécutif communautaire, les députés européens ont la possibilité de « barrer » un candidat.

Devant un hémicycle plein à craquer, Moscovici, qui s'est préparé depuis des semaines pour ce grand oral (notamment en rencontrant une vingtaine de parlementaires de tous bords), se fait rabrouer dès la première question. C'est le Français Alain Lamassoure, élu de la droite européenne (PPE), qui donne le ton : « Votre candidature suscite un malaise car vous avez échoué dans votre pays. » La charge est rude. Rompu aux joutes politiques, l'ancien ministre de l'Economie assure avoir réduit les déficits, « au prix d'un effort structurel très important », et donne des gages sur sa conduite future : « J'aurai une boussole, les règles, rien que les règles, toutes les règles, et si un pays, grand ou petit, ne remplit pas les obligations prévues par les traités et se trouve dans une procédure de déficit excessif, et c'est le cas de la France, je les suivrai sans faillir. » Un peu plus tard, en réponse à une députée de la gauche de la gauche (GUE), Moscovici glisse cependant que s'il est bien là pour faire appliquer les règles, il le fera « avec peut-être les marges qu'elles offrent ».

«Etes-vous légitime pour demander plus de réformes?»

Les attaques de la droite redoublent. A une quinzaine de reprises, elle rappelle le Français à son bilan. « Etes-vous légitime pour demander plus de réformes aux pays qui en ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • muck12 le mardi 7 oct 2014 à 17:40

    bon a rien avant sera bon a rien apres DEHORS

  • mipolod le lundi 6 oct 2014 à 08:59

    Demandez aux frontaliers qui travaillent en Suisse ce qu'ils pensent de moscovichy ! Que du mal !!! C'est un juste retour des choses qu'une organisation qui plus est européenne reconnaisse qu'il est incompétent doublé d'un menteur.

  • C.Caulli le vendredi 3 oct 2014 à 10:02

    La France est en train de se faire éjecter de son piedestal ...

  • 11246605 le vendredi 3 oct 2014 à 09:49

    Il est certain qu'ils se méfient du représentant d'un gvt qui s'attaque aux travail et protège l'assistanat.

  • micgolan le vendredi 3 oct 2014 à 09:45

    kesk'il est venu faire là, etre bien payé certainement!!!!!!!!!!!!!!!

  • frk987 le vendredi 3 oct 2014 à 09:32

    Oser se présenter à ce poste dénote l'incroyable culot des socialos franchouillards. Avec le bilan qu'il a eu en France, c'est absolument inconcevable.

  • M8252219 le vendredi 3 oct 2014 à 09:25

    les européens n'aiment pas les retournements de veste

  • M7403983 le vendredi 3 oct 2014 à 09:03

    Exact knbskin : un exécutant des basses oeuvres dirons-nous afin de rester correct ...

  • M2833874 le vendredi 3 oct 2014 à 08:46

    P054: tu voudrais que l'on fasse comme le gouvernement actuel? Que l'on mente de façon éhontée en disant que c'est un cador et que ce sont les députés de l'UE qui sont nuls?

  • knbskin le vendredi 3 oct 2014 à 08:45

    Un type qui s'engage à être un "bon exécutant" ne mérite pas la rémunération du Commissaire européen ... Il faut dire que les aptitudes de Moscovici semblent se limiter au contenu de son slip ... :D