Pierre Gattaz refuse toute contrainte, Jean-Marc Ayrault réplique

le
15
PASSE D?ARMES À DISTANCE ENTRE GATTAZ ET AYRAULT SUR LE PACTE DE RESPONSABILITÉ
PASSE D?ARMES À DISTANCE ENTRE GATTAZ ET AYRAULT SUR LE PACTE DE RESPONSABILITÉ

WASHINGTON/PARIS (Reuters) - Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, a répliqué mardi au président du Medef, Pierre Gattaz, qui a déploré les "contraintes" liées au pacte de responsabilité, pour lequel le gouvernement réclame des contreparties au patronat.

Le Medef souhaite beaucoup plus d'allégements de charges que les 30 milliards d'euros annoncés et refuse tout engagement chiffré, notamment en matière d'embauches.

En visite aux Etats-Unis, où il fait partie de la délégation de François Hollande, Pierre Gattaz a demandé au gouvernement d'"arrêter de diriger par la contrainte".

"Aujourd'hui, quand j'entends parler de contrepartie dans ce pacte, j'entends aussi des gens qui me disent 'on va vous contraindre, on va vous obliger, on va vous mettre des pénalités si vous ne le faites pas, vous allez être punis'", a dit Pierre Gattaz lors d'une rencontre avec des journalistes à Washington.

"Il faut arrêter ce discours qui est insupportable, on n'est pas dans une cour d'école", a-t-il ajouté.

Des commentaires peu appréciés par Jean-Marc Ayrault, qui s'emploie à rassurer syndicats et Parti socialiste sur le bien-fondé d'un "pacte" qu'une partie de la gauche juge trop favorable au patronat.

"Je souhaite que M. Gattaz, quand il sera revenu en France, rencontre le plus vite possible les organisations syndicales comme c'était prévu pour engager le dialogue social vraiment sur le pacte qui est très attendu", a déclaré le Premier ministre devant la presse.

"Je pense que le décalage horaire, parfois, peut poser des problèmes", a-t-il ironisé.

Elizabeth Pineau, avec Julien Ponthus à Washington, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • didge64 le mardi 11 fév 2014 à 18:48

    Après avoir dégraissé à bon prix ils veulent recruter à bas coup. Quoi qu'il en soit c'est tjrs les mêmes qui sont du bon coté.

  • M4760237 le mardi 11 fév 2014 à 18:39

    exact, corby !

  • corby le mardi 11 fév 2014 à 18:23

    C'est un pacte de non agression q'il nous faut de la part de ce gouvernement.

  • M6749774 le mardi 11 fév 2014 à 17:49

    Notre premier ministre devrait plutôt voir pourquoi tous nos voisins s'en sortent et pas nous.

  • M1310580 le mardi 11 fév 2014 à 17:49

    que les bons penseurs de gauche se mettent un jour à travailler en "libéral" pour comprendre les contraintes abominables déjà imposées actuellement à l'égard de cette catégorie de travailleurs dans ce pays, inouï !!

  • HP271279 le mardi 11 fév 2014 à 17:36

    le décalage horaire c'est pour vous Monsieur le Premier Ministre : c'est l'heure d'aller vous coucher ! dodo coucouche panier !

  • paspad le mardi 11 fév 2014 à 17:35

    Comme toujours avec les socialos, c'est le carotte et le bâton.......... mais le bâton est toujours plus gros que la carotte, il n'y a qu'a voir la loi sur l'investissement locatif

  • M4841131 le mardi 11 fév 2014 à 17:25

    M9244933 ====http://www.ladocumentationfrancaise.fr/var/storage/rapports-publics/114000118/0000.pdf

  • M9244933 le mardi 11 fév 2014 à 16:59

    Par contre, M. Ayrault devrait faire sa part du travail et comparer le coût de son appareil étatique, qui pèse sur les entreprises, aux pays environnants. Et prendre des mesures que personne n'a eu le courage de prendre depuis plus de trente ans.

  • M9244933 le mardi 11 fév 2014 à 16:56

    Le problème avec M. Ayrault est qu'il ne comprend pas qu'il faut créer de meilleures conditions pour que les entreprises créent ensuite des emplois toutes seules, et cela prendrait des années. Ayrault comme Hollande raisonne Administration et politique avec des pactes pompeux pour la galerie, alors que Gattaz ne peut pas s'engager sur des chiffres au nom de milliers d'entreprises dans un contexte mondialisé qu'il ne maîtrise pas, et être le fautif en passant si ça foire.