Pierre-Emmanuel Barré : "À chaque fois qu'on gagne, je suis bourré"

le
0
Pierre-Emmanuel Barré : "À chaque fois qu'on gagne, je suis bourré"
Pierre-Emmanuel Barré : "À chaque fois qu'on gagne, je suis bourré"

S'il manie la vanne à la perfection chaque semaine sur les ondes de France Inter ou sur les planches avec son spectacle Pierre-Emmanuel Barré est un sale con, l'ancien trublion de Canal + a moins de facilités avec le football. Ce qui ne l'empêche pas de parler FC Lorient, de cuites et de Jean-Claude Darcheville. Interview barrée.

Quel est ton rapport au foot ? J'ai toujours pensé que c'était un sport mal foutu. Deux équipes qui se battent pour un ballon alors que ce serait si simple de leur en filer deux.
Tu y as forcément joué quand tu étais gamin, non ? Bien sûr, mais j'allais tout le temps aux buts parce que j'étais gros. On met toujours les gros dans les buts. C'est une erreur, on pense que ça remplit plus le but, mais si le gros est lent au démarrage, lancé, il est inarrêtable. Le gros doit être attaquant, il fait peur aux défenseurs.
Tu jouais en club ou juste entre potes ? Entre potes. Je fais tout entre potes. C'est plus rigolo. Sauf pour aller aux toilettes. Pour ça, je suis licencié. Je fais caca en club.
Parle-nous de tes qualités de footeux, tu avais un gros niveau ? Gros, oui. Niveau, un peu moins.
Tu étais quel genre de joueur ? Plutôt remplaçant, comme Christian Karembeu. Mais ma meuf était moins gaulée. D'ailleurs je n'avais pas de meuf, pas le temps. J'étais bien trop pris par mes activités à la Fédération française de caca en club.
Est-ce un sport que tu as l'habitude de regarder à la télévision ? Non, je n'ai pas de télé. Mais je reste un gros con de Français. Alors quand il y a une Coupe du monde ou un championnat d'Europe, c'est l'occasion de boire dans les bars sans passer pour un alcoolique. Mais pour être tout à fait honnête, je préfère le beach-volley féminin.
"Quand j'habitais à Lorient, on allait voir les Merlus en bande, on criait "enculé" à l'arbitre et on rentrait chez nous. C'était constructif."Pierre-Emmanuel Barré
Le problème, c'est que le beach-volley féminin n'est pas trop diffusé à la TV. Il est peut-être là, le regret de ta vie ? Je regarde les replays sur les chaînes spécialisées. Et hors période de compétition, j'ai un abonnement à Brazzers. C'est pareil, mais sans le sable et sans le ballon. Qui d'ailleurs sont des éléments assez accessoires pour le…







Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant