Pierre, 83 ans, victime d'un religieux pédophile : «Il faut que cela sorte»

le
0
Pierre, 83 ans, victime d'un religieux pédophile : «Il faut que cela sorte»
Pierre, 83 ans, victime d'un religieux pédophile : «Il faut que cela sorte»

Soixante-treize ans après les faits, il a toujours en tête l'image de son bourreau : « Je vois son visage où perlait la sueur, il avait la quarantaine, des lunettes et était presque chauve », se remémore-t-il. En 1943, Pierre* a été la proie, à 10 ans, des déviances sexuelles d'un religieux. Alors qu'il n'avait jusque-là jamais évoqué publiquement ce douloureux passé, ce retraité de 83 ans a adressé son témoignage poignant à la Parole libérée. Cette association des victimes de prêtres pédophiles est née après l'annonce, il y a un an, des soupçons d'abus sexuels pesant sur le père Preynat dans le diocèse de Lyon (Rhône) lorsqu'il encadrait des scouts dans les années 1980.

 

Le début d'un scandale qui a éclaboussé l'Eglise de France et poussé Pierre à se confier dans une longue lettre. Cet ancien technicien nous a reçus chez lui, en Seine-et-Marne, pour nous raconter, avec pudeur, son histoire. « J'ai très mal dormi, vous savez. C'est un moment très important pour moi, faut que ça sorte, cela me fait du bien d'en parler », dit-il avant de se plonger dans ses pires souvenirs.

 

Septembre 1943. Ce fils d'un ouvrier non croyant qui a perdu sa maman très pieuse à 4 ans vit à Nantes (Loire-Atlantique). La ville est bombardée. Paul est pris en charge par des religieux dans un château de la région. Frère Dieudonné, chargé de la discipline, le convoque régulièrement dans son bureau. L'écolier doit se déshabiller avant d'être la cible d'attouchements sexuels. Pieds et mains liés, il est aussi allongé sur la table puis frappé sur les fesses à coups de règle. « Il prenait du plaisir à faire ça. Mais il me faisait croire que c'était normal, qu'on doit expier ses fautes. Quand on a 10 ans, on ne comprend pas. Pour moi, un frère, c'était un modèle, pas un pédophile. »

 

Un autre frère septuagénaire surveillant du dortoir « [lui] faisait subir les mêmes attouchements après [l]'avoir assis ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant