Piégés comme des bleus

le
0
Piégés comme des bleus
Piégés comme des bleus

« On a été mauvais, c'est sûr... a reconnu Arnaud Démare après la déroute tricolore d'hier. On a été piégés par les grosses nations, on a peut-être manqué de solidarité. » Les Français se sont fait avoir comme des bleus et la chaleur, 36 oC hier, ne peut être seule mise en cause. Quand les Belges ont initié une bordure attendue après 80 km dans le désert, les Tricolores ont simplement perdu le contact, à part William Bonnet, finalement 8e. « Tout le monde savait qu'on prenait le vent de trois quarts dos à cet endroit, soulignera ce dernier. On a essayé de se replacer mais je me suis retrouvé seul... J'ai pensé que ça allait peut-être temporiser ensuite mais l'écart n'a pas diminué sur le circuit. »

 

A la différence de la France — et de l'Allemagne —, toutes les grandes formations, l'Australie (Matthews), l'Italie (Nizzolo, Viviani), la Grande-Bretagne (Cavendish), la Norvège (Kristoff, Boasson Hagen) et les Pays-Bas (Terpstra) ont pris le wagon belge (Boonen, Van Avermaet, Stuyven, Naesen, Keukeleire, Roelandts). Soit une trentaine de coureurs au total, plus le Slovaque Peter Sagan, rentré in extremis.

 

Conséquence : ni Nacer Bouhanni (32e) ni Démare (abandon) n'ont été en position d'aller troubler le bel ordonnancement du podium Sagan-Cavendish-Boonen, tous d'anciens champions de monde. « Tu vois le truc se faire, tu te retrouves dans le vent et en deux minutes tu vois bien que tout est fini, déplore Démare. C'est une désillusion totale. »

 

Voilà pour le constat, mais comment expliquer un tel ratage alors que les Bleus étaient neuf ? « C'est à la fois un problème de placement et un problème de qualités physiques, avance le Picard. Au moment où on pète, on était quasiment roue dans roue avec les autres, mais on a quand même pété les uns après les autres. »

 

« J'ai été un des derniers à péter dans la première bordure, témoigne Bouhanni de son côté. Avec ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant