Picard redevient l'enseigne préférée des Français

le
0

INFOGRAPHIE - L'enseigne de produits surgelés a remonté la pente après le scandale de la viande de cheval. Elle repasse devant le géant de l'e-commerce Amazon selon l'étude annuelle du cabinet OC&C. Le spécialiste de la beauté Yves Rocher boucle le podium.

Oublié, le scandale de la viande de cheval. C'est ce que laissent suggérer les résultats de l'étude du cabinet de conseil OC&C Strategy Consultants, qui établit un classement des enseignes préférées des Français. Cette année, le spécialiste du surgelé Picard est redevenu l'enseigne préférée des Français avec un indice d'attractivité de 82/100. Une place de numéro un que le spécialiste des plats surgelés avait perdu au profit d'Amazon en 2012 et 2013, année du «horsegate» durant laquelle ses ventes de plats à base de viande avaient chuté de 40% pendant la crise. L'an dernier, l'ensemble de la filière surgelée avait souffert avec des ventes en recul de 2,2% en volume. Mais la page semble bien tournée pour les consommateurs. Le concurrent de Picard, Thiriet (79/100), est quatrième du classement. Le secteur des surgelés est d'ailleurs le plus plébiscité des 17 secteurs passés en revue par l'étude. Il décroche un indice moyen d'attractivité de 77,7/100, devant le secteur de la beauté (77,1/100) et de l'électronique (74,8/100) emmené par Apple Store.

Repassé numéro 2, Amazon (81/100) est talonné par le spécialiste de la beauté Yves Rocher. Le secteur de la beauté est d'ailleurs surreprésenté dans le top 30 avec six marques citées par les sondés dont L'Occitane, Sephora, Nocibé, Marrionaud et l'italien Kiko Make Up Milano. Ce spécialiste du maquillage signe une entrée fracassante en intégrant directement la 12e place, moins de quatre ans après son arrivée en France. Autre progression remarquée: celle du site de mode Spartoo qui revient de la 68e à la 46e place. Sa progression a été plus rapide que celle de Darty (20e place) et d'Ikea (8e) qui gagnent chacun trois points.

«Il est frappant de constater que les quinze enseignes préférées des Français le sont généralement de la quasi-totalité des consommateurs, indépendamment de leur âge, de leur sexe et de leur niveau de revenu», souligne l'étude. Cette dernière met en revanche en relief le désamour des Français pour la restauration. Ce secteur est le moins plébiscité avec un score de 66,4/100. «De manière surprenante, il semble plus agréable de pousser son chariot que de prendre un repas au restaurant», s'amusent les auteurs de l'étude. De même, les multi-spécialistes du e-commerce sont les seuls à voir leur attractivité décliner auprès des Français. «Ces pure-players ont rapidement élargi le nombre de catégories qu'ils couvrent. La légère baisse de leur attractivité s'explique peut-être par le fait qu'ils bénéficient moins d'une image de spécialistes sur leurs nouveaux produits», précise Guy-Noël Chatelin.

Pour en arriver à ces résultats, les enquêteurs ont demandé à 6000 personnes de donner leur avis sur une sélection de dix enseignes parmi celles qu'ils déclarent avoir visité au cours des trois derniers mois. Au total, 112 enseignes ont été passées en revue sur dix critères comme les prix bas, le choix, la qualité des produits, la confiance ou encore l'aspect du magasin. De manière globale, «les enseignes qui brassent large parviennent à séduire des consommateurs toujours plus exigeants en réalisant la quadrature du cercle: une offre de très bonne qualité et un service sans faille à des prix très compétitifs. Leurs principales recettes pour y parvenir? Le développement de marques enseignes puissantes et souvent innovantes, ainsi qu'un modèle fortement omnicanal», décrypte Guy-Noël Chatelin, de chez OC&C, dans un communiqué.

L'étude soulève par ailleurs les mauvaises notes obtenues par les enseignes pour leur site Internet. «Les exigences des clients semblent évoluer plus vite que la vitesse à laquelle à la fois les sites et les applications améliorent leurs fonctionnalités», affirme OC&C. «L'urgence de développer une offre omnicanale à la hauteur des attentes des clients apparaît ainsi criante. Les consommateurs multicanaux transforment davantage que les autres leurs visites en achats, et pensent qu'ils achèteront plus fréquemment au cours des 12 prochains mois que les consommateurs mono-canaux. Plus que jamais, l'omnicanal fait donc figure de priorité», conclut l'étude.

< iframe src="http://www.lefigaro.fr/assets/infographie/print/2anime/web_201439_classement_marques/201439_classement_marques.html" width="805px" height="500px" frameborder="0" scrolling="no" style="border:0;">

Vers une baisse de la fréquentation des magasins

D'après OC&C Strategy Consultants, les Français figurent parmi les plus frileux en termes de prévision d'achat: 22% d'entre eux prévoient de moins se rendre en magasin dans les douze prochains moins, contre seulement 11% des Américains, 13% des Chinois et 13% des Anglais. «La plupart des enseignes pourrait voir leur fréquentation baisser et seules les mieux classées pourraient voir leur trafic augmenter. Plus particulièrement, les enseignes des secteurs de la bijouterie et de la restauration, y compris restauration rapide, figurent parmi les plus exposées», prévient l'étude.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant