Pic de pollution aux particules fines dans plusieurs régions

le
0
Pic de pollution aux particules fines dans plusieurs régions
Pic de pollution aux particules fines dans plusieurs régions

Les particules fines sont de retour. Ce mercredi, ces polluants sont plus concentrés dans l'air que vous respirez, en région parisienne, mais aussi dans les Landes, le Centre, le Doubs, la Haute-Saône, la Franche-Comté, à Rennes et Nantes.

Les conditions météorologiques expliquent le dépassement des seuils. L'air froid et le vent faible n'aident pas à disperser ces résidus issus de l'activité humaine : transports, chauffage, industrie, agriculture...

Pour l'instant, aucune mesure contraignante n'est imposée. Sur les panneaux électroniques qui surplombent le périphérique parisien et les tronçons franciliens des autoroutes, un message invite les automobilistes à lever le pied. Sur son compte Twitter, Airparif -- organisme de surveillance de la qualité de l'air en Ile-de-France -- indique «la pollution en Ile-de-France sera élevée aujourd'hui (31 décembre) et moyenne demain (1er janvier)».

La #pollution en Île-de-France sera élevée aujourd'hui (indice 77/100) et moyenne demain (56/100). http://t.co/QyAHxA349h-- Airparif (@Airparif) 31 Décembre 2014

C'est la concentration dans l'air de PM10, des particules d'un diamètre inférieur à 10 micromètres, qui déclenchent les alertes actuelles.

Attention, épisode de #pollution de l'air en Ile-de-France prévu pour les particules PM10 demain! http://t.co/ZwIP0ooHD4-- Airparif (@Airparif) 30 Décembre 2014

Les taux les plus élevés ont été relevés ce mercredi 31 décembre en Seine-et-Marne (indice 78 sur 100), en Seine-Saint-Denis (77), dans le Val-de-Marne (76) et le Val-d'Oise (76).

C'est parce qu'elles pénètrent dans les bronches, que ces substances sont présentées comme dangereuses pour la santé humaine, susceptibles de favoriser des maladies cardiovasculaires et respiratoires, et classées cancérigènes. Les populations vulnérables et sensibles (femmes enceintes, asthmatiques, personnes à risque cardiaque, etc.) doivent éviter ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant