Pic de pollution à Paris : la circulation alternée fait toujours débat à gauche

le , mis à jour à 14:47
0
Pic de pollution à Paris : la circulation alternée fait toujours débat à gauche
Pic de pollution à Paris : la circulation alternée fait toujours débat à gauche

Le ton monte, l'air de rien, entre Anne Hidalgo et Ségolène Royal. Alors que la maire de Paris, ville asphyxiée ce mercredi encore par un pic de pollution, ne cesse de solliciter la ministre de l'Ecologie sur la mise en place d'une circulation alternée dans la capitale, cette dernière rappelle à quel point la mesure est contraignante. Au centre, les écologistes mettent la pression aux deux figures socialistes. D'autant que jeudi, le taux de particules fines devrait être tout aussi concentré et l'air aussi irrespirable. En attendant, le stationnement résidentiel restera gratuit ces deux jours et la vitesse maximale autorisée a été abaissée de 20 km/h.

«Empêcher quelqu'un de prendre sa voiture, c'est une mesure privative de liberté, il faut qu'elle soit justifiée», a prévenu Ségolène Royal sur France Inter. Une réponse à peine voilée aux demandes des élus PS de Paris et de EELV. Et la ministre de l'Ecologie d'insister : «Personne ne peut ni imposer, ni vociférer, ni exiger!»

Réunion de tous les élus franciliens

Ségolène Royal a par ailleurs précisé que le préfet de police de Paris allait réunir ce mercredi midi «l'ensemble des élus, y compris ceux des sept départements de la région parisienne», pour évoquer les éventuelles mesures à prendre. «Ce qui a changé, comme je m'y étais engagé, c'est que maintenant, il y a une discussion avec les élus.» Et l'ambassadrice de la voiture électrique de tacler : «Ce qu'il faut, ce sont surtout des villes plus propres. Et donc travailler sur le transport propre.»

VIDEO. Pollution à Paris : Royal prudente avec la circulation alternée

La maire de Paris, Anne Hidalgo, et le président de la Région Ile-de-France, Jean-Paul Huchon, ont demandé mardi à l'État de «planifier dès maintenant» les mesures à prendre face à ce nouvel épisode de pollution aux particules fines, en convoquant notamment une cellule de crise. Or, la Région et la Ville dépendent de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant