Photos, vin, béton et bois, un beau cocktail à Bordeaux

le
0

EN IMAGES - La photographe Isabelle Rozenbaum a suivi pendant deux ans et demi le chantier de la construction de la Cité du vin à Bordeaux. Les 89 tirages exposés dans le bâtiment jusqu’en janvier composent une exposition aux couleurs saturées, vivante et humaine. L’immobilier autrement.

Des hommes, des machines, des matériaux, du savoir faire et des plans... la construction d’un bâtiment, c’est tout cela, mais pas seulement. Un chantier est une aventure en soi, plus ou moins immobile. A Bordeaux, une photographe a suivi la construction de la Cité du vin, lieu voulu par Alain Juppé qui en dit, «c’est mon Guggenheim à moi».

Côté architecture, «les architectes de l’agence XTU, Nicolas Desmazières et Anouk Legendre, ont imaginé un lieu qui évoque le vin qui tourne dans le verre, le mouvement enroulé du cep de vigne, les remous de la Garonne». Et puis, «les scénographes de l’agence anglaise Casson Mann, Dinah Casson et Roger Mann ont imaginé un parcours permanent immersif et innovant, faisant appel à des technologies numériques et interactives (images 3D, décors, diffusion d’odeurs…)» racontent les promoteurs du lieu.

Côté grand public, la Cité du Vin, ouverte depuis début juin à Bordeaux table sur 450.000 visiteurs par an. Elle en a déjà reçu 40.000 de 70 nationalités (des Français bien sûr, mais aussi un bon contingent d’Anglais et d’Américains) pour son premier mois d’existence. Le bâtiment, qui ressemble selon les Bordealais à une carafe de décantation, a nécessité 36 mois de chantier.

Quelques chiffres: 300 pieux de 50 à 120 cm de diamètre ont été implantés dans le sol

jusqu’à 30 mètres de profondeur; mais aussi une charpente en bois qui a nécessité 574 arcs et 128 épines en bois lamellés collés, 14.000 heures de fabricationet 10.550 heures de pose. Pour édifier le nouveau temple du vin, GTM Bâtiment Aquitaine, la filiale de Vinci construction, a utilisé 9 000 m³ de béton et 1 000 tonnes d’acier au cours de 80.000 heures de travail.

Ce chantier, la Cité du vin, a décidé de le mettre en scène avec une exposition temporaire originale sur sa gestation. La photographeIsabelle Rozenbaum a en effet eu carte blanche pendant la durée du chantier pour le suivre et poser son oeil sur les travaux en cours. Résultat, des photographies très personnelles et une exposition qui n’est en rien documentaire.

Si vous passez par Bordeaux, vous pourrez les découvrir puisque la Cité du vin raconte sa naissance en présentant 89 tirages photographiques pendant quelques mois (jusqu’à début janvier). Si vous êtes ailleurs, le Figaro immobilier vous fait découvrir ses tirages. Un autre regard sur l’immobilier et la construction.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant