PHOTOS. Urbalad : Michelin prend rendez-vous avec le futur

le
2
Vue aérienne du futur siège de Michelin, près de Clermont-Ferrand.
Vue aérienne du futur siège de Michelin, près de Clermont-Ferrand.

Difficile d'imaginer que fin 2018 sera sorti de terre le plus grand bâtiment d'Auvergne au coeur de l'actuel centre de technologie Michelin, près de Clermont-Ferrand : 320 mètres de long, 130 mètres de large, 67 000 mètres carrés de surface habitable, 80 plateaux de travail de 300 mètres carrés chacun, 1 600 postes de travail... "Des chiffres tellement impressionnants qu'ils ne parlent presque pas !" a déclaré Jean-Dominique Senard, le président du groupe Michelin, venu poser lundi après-midi la première pierre d'Urbalad.Le futur centre technologique mondial du leader du pneumatique aura des allures de ville futuriste, totalement dévouée à la cause de l'innovation, "véritable ADN de Bibendum". Pas moins de 270 millions d'euros seront injectés dans ce projet titanesque. "Il faut y voir le symbole de la lutte contre la désindustrialisation de notre pays, a lancé le président de Michelin. Nous prouvons que ce n'est pas une fatalité. Nous misons sur l'attractivité de la France, même si ce pari est très lourd."Rue de l'InnovationLa modernisation du centre de recherche et développement mondial de Michelin comportera plusieurs étapes. D'abord, la construction du nouveau bâtiment appelé Campus RDI (Recherche, Développement, Industrialisation), qui abritera à terme 1 600 personnes. Une première partie du bâtiment sera livrée fin 2015, date à laquelle 600 personnes s'y installeront. La deuxième étape sera finalisée fin 2018, et ce sont alors 1...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • caulliez le mardi 17 déc 2013 à 16:04

    Ils sont fous alors qu'aucun ne réformés de structures n'a été faite en France. Ils vont aller droit dans le mur

  • lubek le mardi 17 déc 2013 à 14:36

    Valoriser l'espace local par le travail c'est l'opposé de la trahison mondialiste dont les revendications humanitaires cachent la stratégie de lutte des classes capitaliste.