Philips tourne le dos au passé, une stratégie payante

le
0
Philips tourne le dos au passé, une stratégie payante
Philips tourne le dos au passé, une stratégie payante

En 1978, dans une salle de réunion proche du Lac Léman, quelques experts en électroniques travaillant pour la société néerlandaise Philips présentaient une invention qui allait révolutionner l'industrie du divertissement: le compact disk (CD) et son lecteur.Trente-cinq ans plus tard, face à des marges en baisse et à la concurrence asiatique, la marque de téléviseurs, radios et chaînes hi-fi la plus connue d'Europe a décidé d'abandonner ce créneau.Philips a annoncé la vente de sa branche divertissement en janvier après avoir vendu sa branche téléviseurs, en difficulté, en 2012. En février, le groupe néerlandais a abandonné le "Electronics" lié à son nom depuis des années afin de marquer son changement de stratégie.Philips se concentre désormais sur le matériel médical de pointe pour les hôpitaux, l'éclairage LED et les appareils destinés à une classe moyenne de plus en plus soucieuse de sa santé.Et après plusieurs années houleuses marquées par des restructurations, la stratégie paye, estiment les analystes, saluant la capacité de Philips à se réinventer : les bénéfices sont en hausse alors que le continent européen est en plein marasme économique et que d'autres, comme le Finlandais Nokia, peinent à trouver un second souffle.Le 21 octobre, la société néerlandaise a publié pour le troisième trimestre un bénéfice net multiplié par près de trois en glissement annuel, à 282 millions d'euros.Philips est performant car ses dirigeants "ont décidé de se concentrer sur les secteurs où ils ont réellement un avantage compétitif", assure Marc Schauten, un spécialiste en économie de l'université Erasme de Rotterdam."Combiné au fait qu'ils sont à l'écoute de leurs clients et attentifs à la fiabilité de leurs produits, ils ont vraiment le vent en poupe", a-t-il ajouté.Pour Tom Muller, analyste à la banque néerlandais Theodoor Gilissen, "c'était un choix difficile" pour ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant