Philips profite des progrès de ses restructurations

le
0
PHILIPS FAIT MIEUX QUE PRÉVU AU 2E TRIMESTRE
PHILIPS FAIT MIEUX QUE PRÉVU AU 2E TRIMESTRE

par Roberta Cowan

AMSTERDAM (Reuters) - Philips Electronics a publié lundi un bénéfice trimestriel supérieur aux attentes, grâce entre autres à la hausse de ses ventes d'équipements médicaux et d'ampoules basse consommation, des résultats qui illustrent l'efficacité de sa restructuration.

Le numéro un européen de l'électronique grand public, également numéro un mondial de l'éclairage et membre du trio de tête mondial des équipements hospitaliers, a annoncé qu'il étudierait différentes options stratégiques pour son activité d'équipements audio et vidéo, l'une des dernières à être restructurées.

L'an dernier, Philips avait vu ses comptes plombés par la hausse des prix des matières premières, la dégradation de la confiance des consommateurs, le ralentissement des marchés de la construction et la réduction des dépenses publiques, ces deux facteurs ayant affecté ses activités d'éclairage et de santé.

Son directeur général Frans van Houten, qui venait de prendre la tête du groupe, a dû assumer deux avertissements sur résultats en un an, redéfinir les objectifs financiers, supprimer des milliers d'emplois, remanier l'équipe de direction et céder finalement la division de téléviseurs.

Lundi, il s'est dit confiant dans la capacité de Philips à atteindre les objectifs fixés pour 2013.

"L'économie dans son ensemble n'est pas favorable, mais nous avons observé de la croissance en Russie, au Moyen-Orient, en Asie et aux Etats-Unis", a-t-il dit aux journalistes.

Les analystes, qui espéraient une poursuite du redressement après les résultats solides du premier trimestre, ont salué les chiffres publiés lundi.

"Les résultats du deuxième trimestre sont très bons, ils dépassent les attentes à tous les niveaux, notamment celui du bénéfice avant impôt, intérêts et amortissements (Ebita), tiré par l'ensemble des trois divisions mais particulièrement par la santé", résume Sjoerd Ummels, analyste d'ING.

LES PAYS ÉMERGENTS TIRENT LES VENTES À LA HAUSSE

Le chiffre d'affaires de la division Santé a progressé de 7% par rapport au deuxième trimestre 2011, grâce aux ventes d'équipements hospitaliers tels que les scanners. Et dans les pays émergents, comme la Chine et l'Inde, la hausse des ventes a atteint 22%.

"Je crois que ce qu'on peut observer, c'est que chacun des trois marchés a pour l'instant enregistré des performances supérieures à ce qu'attendait le marché, y compris au niveau organique, ce qui montre que Philips s'est montré très compétitif en dépit des difficultés des marchés", explique Sjoerd Ummels.

A la Bourse d'Amsterdam, l'action Philips gagnait 6,7% en milieu de journée à 17,30 euros, son plus haut niveau depuis près d'un an. Le titre affichait de très loin la plus forte hausse de l'indice EuroStoxx 50, lui-même en recul de 2,2%.

Une vente éventuelle des activités audio-vidéo ("Lifestyle Entertainment" dans l'organigramme du groupe), dont la gamme inclut des produits tels que des lecteurs DVD ou des enceintes audio, prouverait que Philips fait le ménage jusqu'au bout dans son portefeuille, estime Victor Bareno, analyste de SNS.

Comme l'activité de téléviseurs cédée fin 2011, la branche audio-vidéo est confrontée à la concurrence de fabricants asiatiques à bas coûts.

Comme attendu, Philips n'a pas donné de prévisions chiffrées pour le second semestre de cette année mais il a réaffirmé ses objectifs 2013, à savoir une croissance de 4% à 6% de son chiffre d'affaires, une marge d'Ebita de 10% à 12% et un rendement des capitaux investis de 12% à 14%.

Au deuxième trimestre, l'Ebita a progressé à 450 millions d'euros contre 371 millions un an auparavant. Chacune des trois grandes divisions (santé, éclairage et grand public) a vu ses ventes progresser, et deux des divisions (santé et grand public)ont publié un Ebita en hausse.

Le bénéfice net du groupe a atteint 167 millions d'euros, alors que Philips avait accusé une perte de 1,345 milliard un an auparavant en raison notamment de lourdes dépréciations d'actifs. Les analystes interrogés par Reuters anticipaient un bénéfice net de 118 millions.

Le chiffre d'affaires du groupe a progressé de 5%.

Philips a précisé que son programme de réduction des coûts de 400 millions d'euros pour 2012 était en bonne voie.

Nicolas Delame pour le service français, édité par Dominique Rodriguez

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant