Philips bat le consensus au 1er trimestre mais reste prudent

le
0
Philips bat le consensus au 1er trimestre mais reste prudent
Philips bat le consensus au 1er trimestre mais reste prudent

AMSTERDAM (Reuters) - Philips a publié lundi des résultats trimestriels supérieurs aux attentes, portés par des plus-values exceptionnelles et les bonnes performances de ses activités grand public et de santé.

A la Bourse d'Amsterdam, le titre Philips grimpait de 3,87% à 14,89 euros à 09h00 GMT, dans un marché nettement baissier.

Le groupe se veut toutefois prudent pour le reste de l'année au vu de la conjoncture économique morose, de la fragilité de la consommation et des coupes budgétaires dans ses marchés clés, qui pèsent directement sur ses trois principaux segments d'activité : l'électronique grand public, les équipements médicaux et l'éclairage.

"Nous restons prudents pour le reste de l'année 2012 compte tenu des incertitudes en Europe, en particulier sur les marchés de la santé et de la construction, ainsi que du ralentissement de la croissance économique mondiale", a déclaré le directeur général Frans van Houten dans un communiqué.

Le directeur général a répété que les résultats de 2012 seraient impactés par des charges de restructuration et des investissements exceptionnels.

Le groupe néerlandais a réalisé sur les trois premiers mois de l'année un bénéfice net de 249 millions d'euros, en hausse de 80%, pour un chiffre d'affaires de 5,608 milliards, en progression de 7%. Les analystes interrogés par Reuters attendaient en moyenne un résultat net de 186 millions d'euros pour un chiffre d'affaires de 5,436 milliards.

Le résultat d'exploitation ressort également supérieur aux attentes, en hausse de 26% à 552 millions d'euros. Les analystes tablaient sur 433 millions d'euros.

REDRESSEMENT

Ces résultats sont les premiers à refléter l'impact du plan de redressement lancé par le directeur général Frans van Houten, en poste depuis un an.

Philips est numéro un européen de l'électronique grand public, numéro un mondial de l'éclairage et figure dans le trio de tête mondial des fabricants d'équipements hospitaliers, mais il a souffert de la conjoncture morose, d'une consommation fléchissante et des mesures d'austérité constatées dans ses marchés clés. Ces difficultés l'ont contraint à engager un vaste plan de réduction des coûts et de cessions d'actifs.

Ses résultats trimestriels ont ainsi été soutenus par une plus-value exceptionnelle de 160 millions d'euros issue de la cession de sa participation dans la marque de machines à café Senseo à son partenaire Sara Lee et de la vente de son "campus" néerlandais à un consortium d'investisseurs privés pour 425 millions d'euros.

Philips a parallèlement créé une coentreprise de téléviseurs avec le groupe hongkongais TPV pour tenter de redresser cette activité, mise à mal par la concurrence des constructeurs asiatiques.

Sara Webb, Marc Angrand et Blandine Hénault pour le service français, édité par Natalie Huet

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant