Philippot pourrait "presque" donner à Valls sa carte au FN

le
0
Florian Philippot à Nancy en mai 2013.
Florian Philippot à Nancy en mai 2013.

La position du FN sur les Roms est claire, et Marine Le Pen l'a rappelé jeudi : "Il faut tous les renvoyer dans leur pays." Après les propos polémiques de Manuel Valls sur cette population - il a affirmé mardi que les Roms avaient vocation à retourner en Roumanie ou en Bulgarie en raison de leur mode de vie distinct de celui des Français -, Florian Philippot, vice-président du parti, se gausse. "Je me suis dit qu'on pourrait presque lui donner sa carte d'adhérent au Front national", souligne-t-il dans une interview aux Décideurs politiques, émission du JDD.fr en partenariat avec DECIDEURSTV. "Ce qu'il dit est très intéressant, c'est assez novateur d'ailleurs que des populations qui ne sont pas intégrées aient vocation à rentrer dans leur pays", affirme le proche de Marine Le Pen.

"Je pourrais lui remettre sa carte d'adhérent à condition qu'il change radicalement de position sur la question des frontières, sur la question de Schengen, sur la question de la libre circulation dans l'Union européenne", tempère-t-il toutefois, pointant des "effets d'annonce, comme du temps de Nicolas Sarkozy". "On avait déjà eu le même sketch, le même cinéma." Par ailleurs, Florian Philippot exprime ses doutes sur le nombre de Roms présents sur le territoire français, 20 000 selon le ministère de l'Intérieur. "Vu le nombre de campements, ils sont plus de 100 000 au niveau français", assène le frontiste.

Source Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant