Philippot contre «Closer» : le jugement rendu mercredi

le
1
Philippot contre «Closer» : le jugement rendu mercredi
Philippot contre «Closer» : le jugement rendu mercredi

Jugement le jour du réveillon de Noël. Florian Philippot, vice-président du Front national (FN), saura mercredi si le magazine «Closer», qu'il poursuit, est condamné après la publication de photos le montrant avec un homme présenté comme «son ami».

Ce lundi, le tribunal correctionnel de Paris a auditionné les parties. Le magazine avait publié le 12 décembre, sur quatre pages, des photos de Florian Philippot prises à Vienne (Autriche) en compagnie d'un «journaliste de télévision» dont le visage était flouté, ainsi qu'une photo de plus petite taille en Une, avec comme titre «Oui à l'amour pour tous».

L'avocat du vice-président du FN, Me Grégoire Lafarge, a dénoncé à l'audience une «traque» subie par son client et son compagnon de la part de paparazzi alors qu'ils passaient un week-end à l'étranger où «ils pensaient être tranquilles». «48 heures de chasse pour obtenir huit photos», a-t-il lancé en dénonçant «la dictature de la transparence» d'une certaine presse dont la motivation n'a jamais été l'intérêt général mais de «faire de l'argent». Il a réclamé 50 000 ¤ de dommages-intérêts, la publication du jugement en couverture, la suppression du sujet sur le site du journal, l'interdiction d'exploiter à nouveau les photos incriminées. Il a également demandé la communication du contrat et des factures liant l'hebdomadaire aux photographes pour évaluer le montant du bénéfice réalisé par le journal, tiré à 398 000 exemplaires, avec cette opération.

Pour «Closer», Me Dephine Pando, a plaidé l'intérêt de la publication révélant l'homosexualité du numéro 2 du FN pour l'information du public dans le cadre d'un débat d'intérêt général. L'avocate a rappelé la position clef occupée par Florian Philippot dans l'organigramme du parti de Marine Le Pen, où il est en charge de la stratégie et de la communication, et les divergences qui ont opposé deux courants du parti sur le mariage ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • dotcom1 le lundi 22 déc 2014 à 15:26

    La décence voudrait qu'il ne demande qu'un euro symbolique. L'image de politiciens grippe-sous doit cesser.