Philippines : Rodrigo Duterte ou le coup d'éclat permanent

le
2
La guerre à la drogue de Rodrigo «?Digong?» Duterte a fait 3 600 morts en moins de quatre mois.
La guerre à la drogue de Rodrigo «?Digong?» Duterte a fait 3 600 morts en moins de quatre mois.

Le président philippin qui a traité le pape et Barack Obama de « fils de pute », engagé son pays dans une sanglante guerre aux trafiquants de drogue, vient encore d'affirmer son caractère imprévisible en jetant son pays dans les bras de la Chine alors qu'il est, depuis des décennies, le partenaire privilégié des États-Unis en Asie du Sud-Est. Explications avec David Camroux, chercheur à Sciences Po.

Le Point : Comment interpréter le spectaculaire revirement diplomatique de Rodrigo Duterte ?

David Camroux : À ce stade, ses motivations apparaissent assez vagues, mais il ne faut pas sous-estimer la dimension irrationnelle du personnage. Il se jette dans les bras d'un pays, la Chine, qui militarise des îlots revendiqués par les Philippines et qui, pour cela, a été condamnée par la Cour internationale de justice. Pour toute explication, Duterte déclare que son pays a besoin d'investissements étrangers massifs, notamment dans le domaine des infrastructures, donc il va « là où est le fric », c'est-à-dire en Chine.

Il affiche parallèlement sa volonté de rompre avec les États-Unis, principal allié des Philippines dans la région.

Il est d'un narcissisme qui n'est pas sans rappeler celui de Donald Trump et n'a pas supporté que Washington critique sa façon de lutter contre le trafic...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mucius il y a un mois

    Les US ont bien fait de refuser des livraisons d'armes à ce fou. Il va en chercher aux Chinois maintenant. Ils vont les lui faire payer cher. Il va devoir renoncer à certaines iles de la mer de Chine pour lesquelles la Chne a été condamnée à la demande ... des Philippines.

  • delapor4 il y a un mois

    Tout ce qui fait reculer un Nouvel ordre mondial dirigé par les US est bon pour le monde et même pour les citoyens US eux-mêmes.