Philippines : le président Rodrigo Duterte adresse un doigt d'honneur à l'Europe

le
0
Philippines : le président Rodrigo Duterte adresse un doigt d'honneur à l'Europe
Philippines : le président Rodrigo Duterte adresse un doigt d'honneur à l'Europe

Le grand adepte des insultes joint parfois le geste à la parole. Le président philippin Rodrigo Duterte, qui a déjà notamment insulté le pape François, l'Onu et Barack Obama, s'en est pris cette fois au parlement européen qui a récemment critiqué sa campagne meurtrière contre la criminalité. 

 

«Je leur dit, allez vous faire foutre. Vous faites ça pour expier vos péchés», a-t-il déclaré mardi soir en accompagnant ses mots d'un doigt d'honneur. Ses propos, filmés dans sa ville de Davao, dans le sud de l'archipel, ont été diffusés par la chaîne ABS-CBN.

 

""[The] attacks [against us] have become so vicious" null Philippines: Threats against journalists denounced https://t.co/SGH3liInXw pic.twitter.com/zRHETYPNLN

— Al Jazeera News (@AJENews) September 21, 2016

 

Rodrigo Duterte a été élu en mai en promettant d'éradiquer le trafic de drogue en six mois, et en incitant ses concitoyens à tuer eux-mêmes les toxicomanes et les dealers. Depuis son investiture fin juin, environ 3.000 personnes ont été tuées, un tiers par la police et le reste par des auteurs non identifiés, selon des statistiques policières.

 

Rodrigo Duterte a annoncé dimanche qu'il devait prolonger sa campagne anticriminalité de six mois car le problème de drogue était plus grave que ce à quoi il s'attendait.

 

Le Parlement européen s'est dit préoccupé la semaine dernière par le «nombre extraordinairement élevé de personnes tuées lors d'opérations de police», demandant à Manille de lancer immédiatement une enquête sur ces meurtres.

 

Dans ses propos, Rodrigo Duterte a réservé une mention spéciale à la France et à la Grande-Bretagne, qualifiés «d'hypocrites». Les ancêtres coloniaux des députés européens ont tué «des milliers d'Arabes» et autres peuples, a-t-il dit. «Ils font la morale pour atténuer leur sentiment de culpabilité. Mais qui ai-je tué? Pour autant que ça ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant