Philippines : l'outrancier président Duterte a prêté serment

le
0
Philippines : l'outrancier président Duterte a prêté serment
Philippines : l'outrancier président Duterte a prêté serment

Le nouveau président philippin Rodrigo Duterte a été investi ce jeudi, un mois et demi après son élection. Rompant avec les usages, l'avocat de 71 ans a prêté serment pour un mandat unique de six ans à l'intérieur du palais présidentiel de Malakanyang, à Manille, plutôt que devant la foule comme l'avaient fait ses prédécesseurs.

 

« Le voyage sera mouvementé, mais venez quand même avec moi », a-t-il lancé dans son discours d'investiture. « Les problèmes qui sapent notre pays et qui doivent être réglés en urgence sont la corruption, à tous les niveaux de l'administration, la criminalité dans les rues, le trafic de drogue généralisé dans toutes les couches de la société philippine et l'absence d'ordre public », a-t-il énuméré.

 

L'archipel aux 7 000 îles est le 12e pays au monde par sa population, quelque 102 millions d'habitants en 2016. Environ un quart vit sous le seuil de pauvreté.

 

L'avocat, qui a longtemps été maire de Davao, la grande ville méridionale des Philippines, avait mené une campagne populiste et outrancière et fait de la lutte contre la criminalité le principal axe de son action. Il est accusé par les défenseurs des droits de l'Homme d'avoir orchestré des escadrons de la mort à Davao, qui auraient fait un millier de victimes. Autant pour enrayer la criminalité que la natalité galopante, celui qui se dit « socialiste »  a annoncé un couvre-feu nocturne pour les enfants et l'interdiction après minuit de la vente d'alcool et du karaoké, pourtant sport national dans l'archipel. Contre l'avis de la puissante Église catholique, il prévoit d'appliquer enfin une loi de 2012 pour distribuer gratuitement aux plus démunis préservatifs et pilules contraceptives. Il voudrait limiter le nombre d'enfants à trois par famille, dans un pays où la densité explose.

 

Rodrigo Duterte est convaincu qu'il peut mettre un terme aux vieilles rébellions communiste et musulmane, qui ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant