Philippines : l'attentat meurtrier attribué au groupe islamiste Abou Sayyaf

le , mis à jour le
0
Philippines : l'attentat meurtrier attribué au groupe islamiste Abou Sayyaf
Philippines : l'attentat meurtrier attribué au groupe islamiste Abou Sayyaf

Au moins 14 personnes sont mortes, selon CNN, et une trentaine ont été blessées lors de l'explosion d'une bombe sur un marché de Davao, dans le sud des Philippines. Cette ville de deux millions d'habitants a été dirigée pendant près de deux décennies par Rodrigo Duterte jusqu'à son élection à la présidence de la République le 30 juin. Il s'y trouvait ce vendredi mais il est indemne et il s'est rendu «au bureau de police de Davao pour être tenu au courant de la situation», a déclaré son fils, et vice-maire de la ville, Paolo Duterte. «Des éclats provenant d'un engin explosif improvisé» ont été retrouvés par les enquêteurs, a déclaré le porte-parole de la présidence Martin Andanar à la radio DZMM.

 

L'explosion a eu lieu avant 23 heures locales (17 heures à Paris) dans un marché animé où les gens dînaient, à proximité d'un hôtel prisé par les touristes et les hommes d'affaires, qui n'a pas été touché. «La force de l'explosion était telle que j'ai pratiquement quitté le sol», a raconté Adrian Abilanosa, précisant que son cousin avait été tué.

 

Dans un premier temps, les autorités ne se sont pas prononcées sur l'origine de cette attaque, estimant qu'il pouvait s'agir d'une action de trafiquants de drogue ou d'activistes islamistes. Mais quelques heures plus tard, le groupe islamiste Abou Sayyaf a clairement été ciblé, comme l'a expliqué Sara Duterte, maire de Davao et fille du président. «Le cabinet du président a envoyé un texto pour confirmer qu'il s'agit de représailles d'Abou Sayyaf. A la municipalité, nous traitons cette affaire comme des représailles d'Abou Sayyaf», a-t-elle assuré. .

«Personne n'a encore revendiqué cet acte, mais nous ne pouvons que conclure qu'il a été commis par le groupe terroriste Abou Sayyaf, qui a encaissé de nombreuses pertes à Jolo au cours des dernières semaines», a également expliqué le ministre de la Défense Delfin Lorenzana.

Dans la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant