Philippines-Heurts entre l'armée et Abou Sayyaf : 23 morts

le
0
    MANILLE, 10 avril (Reuters) - Des affrontements ont opposé 
dimanche pendant dix heures l'armée philippine à un groupe de 
120 rebelles musulmans d'Abou Sayyaf, faisant 23 morts, a 
annoncé un porte-parole de l'armée. 
    L'armée a attaqué un bastion d'Abou Sayyaf, groupe lié à 
l'Etat islamique, sur l'île de Basilan, dans le sud de 
l'archipel. 
    Les Etats-Unis ont offert une prime de cinq millions de 
dollars pour la capture de son chef, Isnilon Hapilon. 
    Sur les 23 morts, figurent 18 militaires et cinq 
djihadistes, dont un Marocain, Mohammad Khattab, et un fils 
d'Isnilon Hapilon, Ubaida. 
    Sur les 73 blessés, on compte 53 militaires et 20 rebelles. 
    Abou Sayyaf a diffusé des vidéos sur les réseaux sociaux où 
il annonce se ranger derrière l'EI en Syrie et en Irak, ce qui a 
attiré aux Philippines des combattants étrangers venus d'Asie du 
Sud-Est, du Proche-Orient et d'Afrique du Nord. 
    L'armée de son côté a intensifié la lutte contre les 
rebelles à partir de novembre dernier, a indiqué le 
porte-parole. Le président philippin Benigno Aquino lui a 
ordonné de pourchasser Abou Sayyaf pour l'enlèvement et 
l'exécution de ressortissants étrangers. 
    Sur l'île voisine de Jolo, les rebelles ont libéré vendredi 
un Italien qui était retenu prisonnier depuis six mois. 
    L'armée est également en alerte parce qu'un autre groupe 
d'Abou Sayyaf a menacé d'exécuter deux Canadiens et Norvégien 
après l'expiration du délai pour le paiement de leur rançon. 
    Un accord de paix a été signé en mars 2014 entre le 
gouvernement et le plus important des groupes rebelles, le Front 
Moro islamique de libération (FMIL), ce qui a mis fin à un 
conflit de 45 ans qui a fait 120.000 morts et deux millions de 
déplacés. 
 
 (Manuel Mogato; Danielle Rouquié pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant