Philippines-Duterte revient sur sa rupture avec les USA

le
0
    DAVAO, Philippines, 21 octobre (Reuters) - Le président 
philippin Rodrigo Duterte a assuré vendredi qu'il n'avait pas 
l'intention de rompre les relations avec les Etats-Unis, mais 
qu'il souhaitait mener une politique étrangère plus autonome et 
se rapprocher de la Chine.  
    Il avait annoncé la veille sa "rupture" avec Washington lors 
d'une visite à Pékin.   
    "Il ne s'agit pas d'une rupture des liens. Quand on dit 
rupture des liens, on met fin aux relations diplomatiques. Je ne 
peux pas faire ça. L'intérêt de mes concitoyens, c'est de 
maintenir cette relation", a-t-il déclaré à la presse lors d'un 
déplacement à Davao, son fief du sud de l'archipel.  
    Ramon Lopez, ministre du Commerce, avait déjà rectifié ses 
propos, quelques heures plus tôt. 
    "En matière de relations économiques, nous n'interrompons 
pas le commerce, les investissements avec l'Amérique. Le 
président a fait part de son désir de renforcer les liens avec 
la Chine et la région de l'Asean (Association des nations de 
l'Asie du Sud-Est-NDLR) avec lesquelles nous avons des échanges 
commerciaux depuis des siècles. Mais nous n'allons absolument 
pas cessez de commercer avec l'Ouest, en particulier avec les 
Etats-Unis", a-t-il assuré.  
    Depuis son arrivée à la présidence, au début de l'été, 
Rodrigo Duterte s'en prend régulièrement aux Etats-Unis, qui 
s'indignent notamment de la brutalité de sa campagne 
anti-drogue. 
    Il se dit au bord de la rupture avec l'ancienne puissance 
coloniale, mais aucune de ses menaces ne s'est encore traduite 
dans les faits, soulignent des responsables américains.  
    La Maison blanche, qui a regretté les "trop nombreuses" 
déclarations troublantes de Duterte lorsqu'il a parlé de 
rupture, s'est réjouie de sa mise au point.  
    "Compte tenu de ses précédentes déclarations hautes en 
couleurs et abondantes, nous aimerions avoir plus de précisions 
sur les intentions du président Duterte et de son gouvernement. 
Mais (...) il semble que le ton ait changé et qu'il soit plus en 
accord avec l'alliance vieille de sept décennies entre les 
Etats-Unis et les Philippines", a commenté Josh Earnest, 
porte-parole de la présidence.  
    Les Philippines sont le troisième bénéficiaire de l'aide 
militaire américaine en Asie, après l'Afghanistan et le 
Pakistan, et un partenaire clé pour Washington dans la région. 
 
 (Neil Jerome Morales, Nicolas Delame et Jean-Philippe Lefief 
pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant