Philippines : 170 000 personnes ont enfin reçu des rations alimentaires

le
0
Philippines : 170 000 personnes ont enfin reçu des rations alimentaires
Philippines : 170 000 personnes ont enfin reçu des rations alimentaires

De la nourriture et de l'aide médicale arrivaient enfin samedi aux survivants désespérés du typhon qui a fait des milliers de morts au centre des Philippines. Après l'un des typhons les plus puissants à avoir jamais touché terre, accompagné de vents à plus de 300 km/heure et de vagues de 5 mètres, d'innombrables survivants sont sans toit, sans eau, sans nourriture et sans électricité.

Une semaine après le passage du terrible typhon, l'aide s'organise enfin sur le terrain, notamment grâce au porte-avions américain George Washington qui a mis en place des navettes incessantes d'hélicoptères et d'avions pour apporter palettes d'eau et de nourriture à Tacloban, l'une des villes les plus meurtries, et dans des zones isolées. Depuis l'arrivée de la flottille américaine de huit navires jeudi soir, 118 tonnes de nourriture, d'eau et de tentes ont été livrées, et 2 900 personnes évacuées, selon l'armée américaine.

170 000 personnes ont reçu des rations alimentaires. Plus de 170 000 personnes ont d'autre part reçu des rations alimentaires de l'ONU, et la Croix-Rouge et Médecins sans frontières (MSF) espèrent avoir d'ici la fin du week-end des unités chirurgicales mobiles opérationnelles à Tacloban, sur l'île de Leyte, alors que la moitié des structures médicales des zones touchées auraient été détruites. Mais «les lieux doivent littéralement être saturées d'aide», a plaidé vendredi le porte-parole régional de la Croix-Rouge Patrick Fuller. «Les gens n'ont vraiment rien. L'argent ne sert à rien ici».

Une vingtaine d'ile isolées. L'Organisation mondiale de la Santé (OMS) s'est elle inquiétée du sort de communautés isolées sur une vingtaine de petites îles. «En raison de la géographie des Philippines, un archipel avec de nombreuses îles, et du fait que beaucoup d'entre elles ont été touchées par le typhon, c'est en fait comme de mettre en place au moins sept programmes d'aide séparés et simultanés», ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant