Philippe Séguin, pourquoi as-tu ta tribune au Parc des Princes ?

le
0
Philippe Séguin, pourquoi as-tu ta tribune au Parc des Princes ?
Philippe Séguin, pourquoi as-tu ta tribune au Parc des Princes ?

Si la voix ténébreuse de Philippe Séguin a plusieurs fois fait trembler les murs de l'Assemblée, elle a également résonné à d'innombrables reprises au Parc des Princes, que cet amoureux du PSG fréquentait très régulièrement. Une passion récompensée après sa mort par l'un des plus beaux cadeaux qu'une équipe puisse faire à un fan, lui offrir une tribune.

Nicolas Sarkozy, Manuel Valls accompagné de quelques ministres, Anne Hidalgo... Il est des soirs où la tribune présidentielle du parc des Princes ressemble comme deux gouttes d'eau au plateau de Des Paroles et des Actes. Entre deux actions, l'ancien chef de l'Etat discute de sa Hard knock life avec Jay-Z, et l'actuel Premier ministre refait le monde avec Yannick Noah. Car quand le weekend arrive, la "Corbeille" du Parc devient l'endroit où il faut être. 155 places au milieu desquelles les caméras ne peuvent pas vous rater. Mais où étaient-ils il y a dix ans, lorsque le PSG squattait honteusement la deuxième partie de tableau, et que le Parc des Princes devait applaudir des passes de Jérémy Clément pour Amara Diané ? Nul ne le sait, mais un homme politique était déjà là. Pas pour se montrer, mais pour supporter. L'ogre Philippe Séguin devait sans doute se sentir seul, comme il en avait l'habitude, mais son stade préféré a fini par lui rendre hommage à peine un an après sa mort, en renommant la tribune officielle à son nom.

Le sauveur


En réalité, son histoire d'amour, Philippe Séguin ne la vivait pas qu'avec le club de la capitale mais avec le football tout entier. Pigiste dans sa jeunesse pour les pages sports su journal Le Provençal, où il côtoya Eugène Saccomano, visiteur assidu des stades du Var où la famille de ce natif de Tunis a décidé de venir s'installer, il se fera remarquer une première fois dès 1973, alors qu'il n'a pas 30 et aucun mandat d'élu. Philippe Séguin n'est alors qu'un simple auditeur de la Cour des comptes, sorti de Sciences Po et de l'ENA, comme tant d'autres. Le football français est alors proche de la guerre sur fond de pratiques fiscales douteuses, et le syndicat des joueurs professionnels pousse le vice jusqu'à provoquer une grève à la moitié de la saison, qui conduira à l'annulation de certains matchs. Le secrétaire d'Etat aux Sports d'alors, Joseph Comiti, cherche dans l'urgence un homme capable de calmer ce petit monde.

Philippe Séguin, 29 ans à l'époque, lève la main pour être désigné et se lance illico presto dans la rédaction d'un rapport censé réglementer les statuts du foot français. "Une Bible", selon Fernand Sastre, président de la FFF à ce moment là. "Il a inventé l'organisation du football en France pour le quart de siècle à venir" ajoutera Eugène Saccomano. Mais s'il est un club que Philippe Séguin se…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant