Philippe Saint-André : " Je ne vais pas leur mettre un micro dans l'oreille... "

le
0
Philippe Saint-André : " Je ne vais pas leur mettre un micro dans l'oreille... "
Philippe Saint-André : " Je ne vais pas leur mettre un micro dans l'oreille... "
Au lendemain de la défaite en Irlande, le sélectionneur Philippe Saint-André est revenu avec un peu de recul sur la performance de certains joueurs. Il a notamment regretté que Teddy Thomas ait manqué une occasion à 5 contre 2. L'analyse du match

La grosse chose négative, c'est de prendre 14 pénalités. Quand tu te fais pénaliser 14 fois, dans un match international, à l'extérieur, c'est difficile de gagner le match. Après, bien sûr, il y a eu des intentions, surtout en deuxième mi-temps, une grosse défense, avec pratiquement 90% de placages réussis. Par contre, certaines performances individuelles, je ne dirai pas les noms, n'ont pas été au niveau pour gagner un match comme celui-là. J'en avais parlé dans la semaine : contre les Irlandais, il faut être bon dans les duels en l'air, et en première mi-temps, on a été en grande difficulté. 

L'apport du banc

Sincèrement, Uini (Atonio) a fait beaucoup d'effort, mais en début de match, quand il y a 15-16 temps de jeu avec beaucoup de rythme, où il faut se déplacer et se replacer, il doit encore s'améliorer, et il le sait. Il loupe beaucoup de placages, alors que quand il rentre en deuxième mi-temps, il amène toute sa puissance, sur de joueurs qui sont fatigués. Ce qui a été positif hier (samedi), c'est qu'on a vraiment deux bonnes premières lignes. Vincent Debaty est plus utilisé, en club comme en équipe de France, pour rentrer en deuxième mi-temps, ce qu'il a très bien fait hier. Il nous a fait avancer, il a pris des ballons en pleine vitesse, il a fait des passes. Avec Benjamin Kayser, ça faisait une première ligne très puissante. Tao (Romain Taofifenua) est rentré, a marqué un essai, et a amené des solutions. On a un amalgame devant où on commence à rivaliser dans le déplacement et la puissance pendant 80 minutes contre les plus grosses nations. Et on 'avait pas ça il y a douze mois. 

Le chantier offensif

On a Teddy (Thomas) qui se blesse tout de suite, puis Scott (Spedding), donc on a une ligne de trois-quarts qui a été remaniée énormément. Rémi Tales, le dernier match qu'il avait joué en n°15, c'était à La Rochelle il y a quelques années. On manque un peu d'alternance. A un moment donné, on a sur-utilisé Mathieu (Bastareaud). Il est puissant, il avance, mais le 8, le 12, le 10 sont sur lui. Il doit créer des espaces autour de lui pour les autres, on l'a fait sur l'essai. On doit beaucoup mieux alterner que ce qu'on a fait pendant les 40 premières minutes. Après, il y a eu trop d'erreurs, d'indiscipline, de fautes sur les duels...

Camille Lopez

Camille a fait de bonnes choses. Mais dans l'alternance, il s'est un petit peu trompé. Il en est conscient. On voulait utiliser Mathieu au milieu du terrain comme leurre, et on a attendu beaucoup de temps pour le faire. Il est talentueux, il n'a pas beaucoup de sélections. C'est la première fois qu'il joue un match du VI Nations à l'extérieur, il s'est mis une pression supplémentaire pendant une demi-heure, on en a parlé. Il y a eu d'autres performances individuelles qui ont été en-deça, arrêtons de taper sur les demis d'ouverture français ! 

Teddy Thomas

On savait qu'il y avait des solutions de contre-attaques. Sur le premier ballon, Teddy (Thomas) garde le ballon alors qu'il y a un 5 contre 2. Si tu n'es pas capable de jouer un 5 contre 2, il faut faire des gammes, il faut bosser. Je ne vais pas leur mettre un micro dans l'oreille et leur dire : « Là, tu as le ballon, joue le 5 contre 2 ! ». On fait tout, on bosse, on se remet en question. On a des joueurs qui commencent à comprendre le très haut niveau.  Il y a des surnombres qui doivent être mieux joués. Il faut travailler, croire en nous, avoir de l'enthousiasme et le culot pur le faire.

Le carton jaune de Pascal Papé

Quand on revoit les images, je n'ai pas l'impression qu'il fasse exprès. Il y a plutôt une prise à la tête. Ce que j'ai dit à Pascal, c'est qu'on prend ce carton jaune au plus mauvais moment, où on était vraiment en train de prendre le dessus dans le jeu, dans la dimension physique, dans la puissance.

Six matchs avant la Coupe du monde

Il y a six matchs, mais il y a deux mois et demi de préparation. Il y a des choses positives. Les joueurs font beaucoup d'efforts sur l'aspect physique, sur l'aspect cardio. Et on s'aperçoit que contre l'une des équipes les plus en forme du rugby mondial, on finit mieux qu'eux. Je l'avais dit au début du Tournoi. Physiquement, on est prêt. C'est le premier Tournoi où on est aussi prêt physiquement pour rivaliser durant 80 minutes. Mais il y des choses qui n'ont pas suffi pour gagner. (...) On a certaines réponses. Je n'ai pas la sensation qu'on ait été vraiment largué face au vainqueur du dernier VI Nations, la troisième nation mondiale, qui reste sur neuf victoires d'affilée. La prochaine fois où on jouera les Irlandais (à la Coupe du monde, ndlr), on sera dans le devoir de les gagner. Ce match-là, on ne le gagne pas à cause de l'indiscipline, d'un manque de maîtrise dans les airs, parce que quelques joueurs sont passés à côté. Il ne nous reste plus beaucoup de temps pour être prêts, déjà pour le pays de Galles, et ensuite la Coupe du monde.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant